/world/middleeast
Navigation

L'Iran a arraisonné un pétrolier dans les eaux internationales

Coup d'oeil sur cet article

DUBAÏ | Les forces iraniennes ont arraisonné un pétrolier dans les eaux internationales, utilisant un hélicoptère et deux navires pour en prendre le contrôle, a déclaré le commandement central de l’armée américaine (Centcom) dans la nuit de mercredi à jeudi. 

Les États-Unis accusent régulièrement la République islamique de mener des opérations hostiles dans les eaux stratégiques du Golfe.

«Aujourd’hui, dans les eaux internationales, les forces iraniennes, dont deux navires et un hélicoptère iranien «Sea King», ont doublé et arraisonné un navire nommé «Wila»», a indiqué Centcom sur Twitter.

Les eaux internationales, ou hautes mers constituent une zone maritime libre n’étant sous la juridiction d’aucun État.

Dans le même gazouilli, Centcom a posté une vidéo en noir et blanc montrant un hélicoptère planant tout près au-dessus d’un navire et de ce qui apparaît être deux personnes sur le pont du bateau.

Le navire se trouve actuellement dans le golfe d’Oman, près du détroit d’Ormuz — un point de passage stratégique où transite un tiers du pétrole transporté par mer dans le monde, selon le site Marine Traffic spécialisé dans le suivi du trafic maritime.

Le bateau est un pétrolier-chimiquier construit en 1997 et battant pavillon du Libéria, précise le site.

Washington et Téhéran sont à couteaux tirés depuis le retrait unilatéral en 2018 des États-Unis de l’accord international sur le nucléaire iranien et le rétablissement de sanctions américaines contre la République islamique.

L’escalade des tensions entre les deux grands adversaires s’est accompagnée de nombreux incidents dans le Golfe avec des navires mystérieusement attaqués, des drones abattus et des pétroliers saisis.

En juillet 2019, les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique de l’Iran, avaient arraisonné un pétrolier suédois battant pavillon britannique, le «Stena Impero», l’accusant d’avoir ignoré des appels de détresse et d’avoir éteint son transpondeur après être entré en collision avec un bateau de pêche.