/entertainment/tv
Navigation

Nicolas Ouellet: un regard neuf à «C’est juste de la TV»

Nicolas Ouellet: un regard neuf à «C’est juste de la TV»
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Dave-Éric Ouellet, alias MC Gilles, étant parti se consacrer à son rôle de producteur au contenu à Infoman, Nicolas Ouellet devient le troisième mousquetaire du panel de commentateurs de C’est juste de la TV, auprès de Thérèse Parisien et de Nathalie Petrowski.

Le rendez-vous de discussion hebdomadaire des amoureux du petit écran, toujours animé par Anne-Marie Withenshaw, reviendra pour une 14e saison en septembre à ICI ARTV, où il revendique toujours le titre d’émission la plus regardée de la chaîne.

Du haut de ses 32 ans, Nicolas Ouellet sera l’un des plus jeunes analystes de l’histoire de C’est juste de la TV, plateau où ont défilé, au fil des ans, des personnalités comme Chantal Lamarre, Lise Payette, Liza Frulla, Olivier Robillard-Laveaux, Jean-Michel Dufaux et Serge Denoncourt, ainsi que les anciens animateurs André Robitaille et Marie-Soleil Michon.

Diversité

Le jeune homme avait auditionné une première fois pour devenir collaborateur à C’est juste de la TV il y a quatre ans. Lorsqu’est venu le moment de dénicher un successeur à MC Gilles, les producteurs n’ont eu qu’à visionner à nouveau la vidéo de sa prestation d’alors pour décréter qu’il était le candidat idéal pour poursuivre l’aventure.

«Je suis content de faire partie de C’est juste de la TV à ce moment de l’histoire de la télévision, a confié Nicolas en entrevue. Avec la COVID et tous les mouvements sociaux dont on a été témoins dans les derniers mois et dernières années, il y a une espèce d’effervescence autour de la télévision et de la façon dont elle va s’adapter. Je suis content de pouvoir en parler.»

Contrairement à plusieurs personnes de son âge, Nicolas Ouellet est encore abonné au câble, mais ses «réflexes télé» sont bien ceux d’un jeune trentenaire, tant dans les émissions qu’il regarde – souvent étrangères – que dans sa soif de nouveauté et son penchant pour le binge watching (écoute en rafale et en streaming). Il ne craint toutefois pas les conflits de générations avec ses collègues Parisien et Petrowski.

«J’imagine qu’on aura une façon différente de percevoir la télévision à certains moments. Thérèse et Nathalie ont vu évoluer la télévision d’une façon différente, et depuis beaucoup plus longtemps que moi. Mais j’ai l’impression que du bon contenu, c’est du bon contenu. Quand on voit de la bonne télévision, on sait la reconnaître. Les différences se trouveront peut-être dans le genre de trucs qu’on appréciera, mais j’ai confiance en nos pifs respectifs», a détaillé celui qui dit avoir craqué, récemment, pour I May Destroy You, sur HBO, Normal People, sur BBC One et CBC Gem, et C’est comme ça que je t’aime, sur ICI Tou.tv.

«J’ai aussi hâte de voir comment Star Académie va s’adapter à ce qui se passe en ce moment», a-t-il avancé.

C’est par ailleurs un Nicolas Ouellet honoré qui se pose en représentant de la diversité culturelle à la table de C’est juste de la TV.

«Je pense qu’on a eu cette prise de conscience, qu’il faut montrer la diversité à l’écran. Maintenant, c’est le temps de la laisser s’incarner», a-t-il glissé.

Passion et travail

Nicolas Ouellet s’était fait remarquer pour la première fois à VJ Recherché, à MusiquePlus, en 2009. Il n’avait pas remporté le concours, mais ses talents de communicateur avaient vite fait de l’ombre aux autres participants.

Depuis, il a bâti sa carrière un engagement à la fois (Sucré Salé, Quelle histoire!, Bazzo.tv, ARTV Studio, VRAK attak, les coulisses de Star Académie, 100% Local), sans brûler d’étapes.

«Je voulais me donner le temps de développer mon potentiel et éviter de stagner, a-t-il raconté. Rien n’équivaut à la rigueur, au travail acharné et à l’humilité. Je ne portais pas en moi l’idée d’être connu. Ce qui est important, pour moi, c’est de faire des trucs qui me passionnent.»

C’est juste de la TV, dès le vendredi 11 septembre, à 21h, à ICI ARTV.