/hublo
Navigation

Inspirant: 6 Québécois qui ont fait un pied de nez à la pandémie

Inspirant: 6 Québécois qui ont fait un pied de nez à la pandémie

Coup d'oeil sur cet article

Alors que tout le Québec a dû ralentir, certains ont vu dans cette pandémie l’occasion de se réinventer, de mener à bien un projet mis de côté ou encore d’adapter les plans qu’ils chérissaient pour continuer d’avancer.

Ford Super Duty souhaite souligner le caractère exceptionnel de toutes les Québécoises et tous les Québécois qui se démarquent par leur persévérance, leur résilience, leur travail acharné et leur créativité, particulièrement pendant la pandémie. Voilà des valeurs fortes, partagées et bien ancrées.

Quand la vie nous donne des citrons, on en fait de la limonade, n’est-ce pas ? Voici comment ces Québécoises et ces Québécois réussissent à faire jaillir du positif de cette situation sans précédent ! 

Mylène et Jocelyne, entrepreneures locales  

C’est sur la Rive-Sud de Montréal que l’on retrouve ce duo mère-fille qui a tout pour plaire. Mylène, une jeune femme tout aussi passionnée que sa mère Jocelyne Weisz, reprend tranquillement les guides de la Fromagerie Edel Weisz. 

Située au cœur du Marché des Jardiniers de La Prairie, cette fromagerie familiale offre des aliments préparés à la main, sans agents de conservation. Tout y est charmant: depuis les sourires accueillants jusqu’au parfum alléchant des tartes aux fruits maison.

Comme plusieurs commerces, Edel Weisz a été secouée par la pandémie. «Quand l’annonce de fermeture a été faite, j’étais à bord d’un avion qui me ramenait d’Athènes en urgence», raconte Mylène. Celle qui profitait alors d’un congé avant le retour de la grande saison a dû remplacer les plages par les plans d’urgence. 

«Nous avions pensé au traiteur, à la vente en ligne ou encore à la distribution dans d’autres commerces. Au final, l’ouverture a pu se dérouler en adoptant les mesures sanitaires recommandées par le gouvernement.», explique-t-elle. C’est donc à force d’ingéniosité et d’installation d’écrans protecteurs que le duo a pu ouvrir ses portes.

Mylène, ravie de constater la fidélité de sa clientèle, souligne tout de même son incroyable chance. «J’ai de jeunes employés loyaux et dévoués! Tous les employés sont venus travailler malgré la PCU et les conditions plus difficiles auxquelles nous sommes exposés. Il est vrai que nous sommes dans un marché extérieur et cette année la température est particulièrement difficile. Canicule par-dessus canicule, il n’est pas évident de porter un masque pendant de longues journées. Mais tous nos employés sont fidèles au poste et toujours avec le sourire!»

Si le duo mère-fille s’estime chanceux de pouvoir continuer d’offrir ses produits aux gens de la région, Mylène tient surtout à remercier les Québécois d’être au rendez-vous : «Merci de soutenir les commerçants d’ici. Merci de la part d’une entrepreneure, mais aussi de la part d’une jeune citoyenne inquiète pour l’avenir économique de son pays. Les PME sont à la base de l’économie et la consommation locale est probablement la meilleure stratégie que l’on puisse adopter en tant que société.»

L’invitation est lancée!

Caroline, en famille sur les routes  

Avec pour décor les battures de Kamouraska dans le Bas-Saint-Laurent, Caroline, conjointe d’Éric et mère de deux enfants, jette un regard nouveau sur son train de vie et ses passions.

Chargée de projets consciencieuse, Caroline préfère tout de même s’adonner à ses nombreux passe-temps. Elle passe facilement du vélo à la natation, et du camping aux voyages : «bref, tout sauf travailler!», lance-t-elle à la blague. 

Puis avec sérieux, elle ajoute : «Le confinement m’a permis de constater qu’on passe beaucoup trop de temps dans l’auto et dans le trafic, ce qui nous rend plus amorphes et réduit notre énergie pour faire des activités.», déplore-t-elle. 

Ainsi, ce n’est pas la pandémie qui allait empêcher Caroline et sa famille de bouger voire de voyager! «Dans le passé, nous faisions un gros voyage par année en famille. On se retrouvait tous ensemble au Costa Rica, en Équateur, aux îles Galápagos ou ailleurs. La pandémie nous a appris à retomber en amour avec le Québec! Par chance, nous venions tout juste d’acheter une roulotte avec comme objectif de voyager encore plus au Québec. Ça nous permet de découvrir notre belle province plutôt que de partir à l’étranger!», ajoute-t-elle.

En somme, si bien des choses sont pour le moment différentes, la famille se promet de passer un bel été. «Les règles en camping ont changé, mais je suis surprise de notre capacité d’adaptation aux nouvelles mesures. Même après tant d’années à camper de la même manière, on peut s’adapter à tout», conclut-elle tandis que le soleil se couche sur le fleuve.

Ouvrez l’œil, vous pourriez bien voir la caravane de la famille dans une région près de chez vous!

Julien, entrepreneur général en construction  

Pour Julien, l’entrepreneuriat général en construction lui permet d’améliorer le quotidien des familles : 

«J’adore utiliser mes talents manuels pour transformer un espace et le rendre plus fonctionnel, plus agréable à utiliser pour mes clients. J’aime faire des rénovations de modernisation de résidences et les rendre plus efficaces en termes de consommation d’énergie. Il faut être créatif. Inutile de dire qu’avec mon équipe, nous sommes habitués à trouver des solutions aux imprévus qui surviennent lors des rénovations.» 

Mais pour cet imprévu-là, nul n’était habitué. 

Julien se souvient très bien du 13 mars, date à laquelle le Québec s’est placé en confinement. «J’avais eu la chance de prendre un long week-end de congé. Je suis parti le jeudi 12 mars dans un chalet de chasse sans connexion à Internet ni signal de télévision. Je ne savais donc rien de ce qui se déroulait. Le dimanche, à mon retour en ville, j’ai reçu toutes les notifications de ma famille et de mes amis et j’ai regardé les points de presse du gouvernement. D’un jour à l’autre, le Québec avait complètement changé.» 

Et ce changement s’est également étendu à la sphère professionnelle de ce charpentier menuisier de formation. «C’est sûr qu’il y a eu beaucoup d’efforts à investir et de planification à faire pour pouvoir reprendre le travail, explique Julien, notamment en limitant le nombre de gens présents dans un espace de travail, en respectant la distance entre les employés, en éliminant le partage d’outils et en appliquant plusieurs mesures d’hygiène limitant les risques d’infection entre collègues. Nous avons dû apprendre à gérer les échéanciers différemment pour tenir compte des défis qu’expérimentait chaque corps de métier et des délais de livraison de matériaux plus longs.»

Avec du recul, l’entrepreneur général est fier d’y être arrivé avec son équipe : «S’adapter à des changements aussi majeurs n’était pas dans nos habitudes. Mais je remarque que nous pouvons quand même compléter nos projets malgré la présence de nouveaux défis qui nécessitent plusieurs modifications aux activités quotidiennes. Je suis reconnaissant que les gens de mon entourage reçoivent bien ces changements nécessaires et qu’il y ait un grand respect entre nous.»

Et pour la suite? «Je nous souhaite, à tous, d’être respectueux des règles afin de bientôt pouvoir être avec nos proches comme bon nous semble. D’ici là, continuons de nous accomplir et de nous épanouir en milieu professionnel malgré les contraintes.», lance Julien avec espoir et bienveillance. 

Message entendu !

Charles et Noémie, un projet de couple qui mène loin  

Elle est une jeune femme au regard brillant, coordonnatrice de projets. Lui est un jeune homme au sourire complice, humoriste. Ensemble, ils habitent Montréal avec leur chienne adorée.

«À l’annonce du confinement, le travail pouvait continuer virtuellement pour moi. Charles qui travaille sur la scène a dû tout arrêter sans trop de préavis.», raconte Noémie. Alors que fait-on quand on n’a plus trop le cœur à rire? On continue de raconter des blagues bien sûr, car le rire est une puissante catharsis. Mais aussi, on trouve un projet pour s’alléger l’esprit. 

«Nous adorons la ville : petit café, resto, bar du coin, et surtout parc à chiens pour notre toutou. Avec la pandémie, nous avons dû changer nos habitudes. C’est à ce moment-là que Charles a soulevé l’idée de se consacrer à la rénovation d’un autobus afin de le transformer en VR. C’est un projet qu’il avait en tête depuis plus d’un an et dont on rêvait un peu en secret.», ajoute Noémie. 

C’est avec pour seuls outils un marteau et un tournevis que Charles a entrepris de tout apprendre au sujet de la transformation d’un autobus. «Du jour au lendemain, notre vie s’est mise à tourner autour de la rénovation de ce gros véhicule jaune! Charles s’est mis à faire des recherches sur les meilleures techniques pour la réaliser. On a été surpris par l’ampleur du projet dans lequel on venait de s’embarquer! », explique-t-elle. 

Pour rénover leur bus, plusieurs matériaux lourds étaient nécessaires. Le couple a donc dû faire de nombreux voyages à la quincaillerie, investir beaucoup d'énergie et passer d'innombrables heures sur leur nouveau projet commun.

«À plus long terme, l’objectif de ce projet est de nous permettre de vivre plus simplement, à bord du bus. Cela permettra aussi à Charles de faire des tournées d’humour plus vertes en habitant à bord du VR plutôt que de revenir sur ses pas après chaque spectacle. Notre chienne et moi, on sera ravies de le suivre avec l’ordinateur professionnel sous le bras!», lance Noémie, les mains encore tachées du vert dont elle a peint le bus-VR.

Au moment où le couple s’apprête à monter à bord de l’autobus pour des vacances bien méritées, le couple porte un regard de satisfaction sur le travail accompli. «Charles et moi mesurons notre chance. Nous n’aurions jamais pu réaliser ce projet à un autre moment que pendant la pandémie. Nous sommes deux personnes occupées et nous n’aurions autrement pas pu consacrer 6 mois sur un projet comme celui-là.»

De la chance? Sans doute un peu. Foi de quoi, la pandémie permet parfois de passer du rêve à la réalité!

Ces histoires inspirantes vous interpellent ? Découvrez le Ford Super Duty - un camion puissant et performant conçu pour les projets extrêmes et les passionnés. Alors, quel sera votre prochain projet ?

Offert par

 
Que vois-je avec Hublo ?
Hublo offre une vitrine sur du contenu promotionnel fait par et pour nos partenaires
Point de contact
Afin d’obtenir des détails supplémentaires au sujet d’Hublo, contactez-nous.