/sports/opinion/columnists
Navigation

Des champions forcés à l’illégalité

SPO-Feature sur Eleider Alvarez
Photo d'archives, Agence QMI Eleider Alvarez affrontera un adversaire coriace en Joe Smith Jr le 22 août prochain à Las Vegas.

Coup d'oeil sur cet article

Eleider Alvarez part donc le 19 août pour Las Vegas, où il va affronter dans la bulle du MGM le coriace Joe Smith Jr.

Eleider a été champion du monde après avoir passé le knock-out à Sergey Kovalev et a repris la route pour obtenir une nouvelle chance pour un combat de titre mondial. Et Joe Smith Jr. est une étape incontournable. Une étape obligatoire. Vitale.

Alvarez est maintenant aussi québécois que la poutine. C’est un habitué du Coin du métro, de la brasserie-bar-resto, des amateurs de sports de combat... et de soccer et de hockey. Salut Costa.

Le combat sera présenté le 22 août. Dans moins de dix jours.

Vidéos et sparring

Eleider Alvarez va affronter un dur de dur. L’homme qui a mis fin à la carrière de Bernard Hopkins en l’expédiant cul par-dessus tête sur le plancher de l’aréna. Un boxeur coriace, membre de la section 66 des travailleurs de Philadelphie, qui a affronté Dmitry Bivol et Sullivan Barrera, deux des meilleurs mi-lourds au monde. D’ailleurs, Bivol est champion mondial WBA.

C’est cet Irlandais baraqué comme un débardeur qu’Eleider Alvarez devoir vaincre pour obtenir un autre combat de Championnat du monde.

Marc Ramsay, un Québécois membre de l’élite internationale des entraîneurs de boxe, un homme qui s’est retrouvé dans le coin de son boxeur dans des dizaines de combats pour le titre que ce soit à New York, Vegas ou ailleurs dans le monde, a colligé des vidéos des combats de Smith Jr et les a étudiés soigneusement.

Il faut qu’il sache exactement comment Smith Jr prépare sa droite derrière son jab, comment, quand il se sent coincé, il lance une droite par-dessus l’épaule. Droite dangereuse qui a provoqué le knock-out au premier round d’Andrzej Fonfara pourtant un boxeur coriace.

Puis, quand il a analysé et décortiqué le style et les réflexes de l’adversaire choisi, Ramsay attaque le travail de fond dans la préparation de son athlète. Il embauche quelques boxeurs qui possèdent certaines qualités de Joe Smith et les envoie boxer des rounds contre son poulain. Parfois, les gars de sparring vont franchement mimer les attaques du futur adversaire pour aider celui qui les embauche à mieux se préparer.

Il n’y a pas de petit combat sans d’intenses séances de sparring.

Alors, imaginez un grand combat aussi important et difficile que celui qu’Eleider Alvarez va livrer à Joe Smith Jr...

Dans l'illégalité

Avez-vous déjà deviné ? Avez-vous déjà compris ? Au Québec, à cause de l’entêtement méprisant d’Horacio Arruda, tout sparring est interdit. En fait, la boxe est comme un sport banni. Un sport sale.

Si on est naïf et toton, on va donc croire qu’Eleider Alvarez s’entraîne en respectant la distanciation sociale, qu’on désinfecte son jock-strap et le gros sac de sable à chaque entraînement et qu’il n’a pas connu le moindre round de sparring.

Si on est encore plus naïf et plus toton, on va croire que Kim Clavel est allée se battre le mois dernier à Las Vegas sans avoir fait une seule minute de sparring. Ben oui, chose, Stéphan Larouche et Danielle Bouchard sont tellement brillants et bons citoyens qu’ils ont envoyé leur athlète à Vegas mal préparée et handicapée !

Bien sûr que j’ai posé la question à Marc Ramsay. En sachant tous les deux que c’était une question de cave. Bien sûr qu’Eleider Alvarez va affronter Joe Smith Jr. sans s’être entraîné convenablement ! Bien sûr que Marc Ramsay a répondu qu’il n’avait pas fait de sparring. Tout le monde doit respecter la loi, c’est bien connu.

Mais vous, lecteur adoré, vous devez le savoir. Alvarez va partir le 19 fin prêt. Après avoir eu droit à tous les entraînements auxquels il... n’avait pas droit. Ne vous inquiétez pas.

Mais ne le dites pas à personne, le Québec est devenu la nation de la délation ; tout un coup un enquêteur de la Santé publique débarquait dans un gym à trois heures du matin...

Ah ! Ah ! « Le Goulag, vite, au Goulag ! »

Y a-t-il quelqu’un au cabinet de François Legault qui réalise qu’on force nos plus beaux athlètes, nos grands champions, à s’entraîner dans l’illégalité ? Comme des bandits du temps de la prohibition, au temps d’Al Capone. Au lieu de les encadrer.

Je suis gêné.

Visites suggérées  

Paul Houde a fait son attaque cardiaque alors qu’il complétait un électrocardiogramme à l’effort. La meilleure place pour se faire soigner.

Claude Julien est chanceux lui aussi. Chanceux dans un sens puisqu’on n’est jamais chanceux de craindre un malaise cardiaque. Mais Julien était dans une bulle sanitaire, entouré des meilleurs médecins du Canadien ou de la Ligue nationale et comme c’est toujours le cas avec les stars du hockey, il a eu droit à ce qui se faisait de mieux et de plus rapide pour le soigner.

Je souhaite à Julien d’avoir droit à quelques visites à l’Institut de cardiologie de Montréal. Je ne dis pas que les autres départements de cardiologie des grands hôpitaux ne sont pas bien nantis en talents, mais je peux affirmer que les bollés de l’Institut sont dans une classe mondiale. Une classe à part. Peter Guerra, Marc Dubuc et les autres grands spécialistes de la maison sont des sommités.

Un gros changement

La question qui est sur toutes les lèvres maintenant : est-ce que l’absence de Julien peut motiver les joueurs ? Ou est-ce que l’impact sera négatif ?

Personnellement, je pense que ce sera négatif. Mais pas tant que ça. Julien travaillait en collégialité avec Kirk Muller et les autres assistants. La structure du système de jeu du Canadien ne changera pas. Les gars savent comment se replier, comment couvrir la zone du centre, quoi faire avec le puck quand ça chauffe trop dans le territoire.

Le quoi et comment faire, les joueurs le savent. Avoir le goût de le faire, on va voir ce que Captain Kirk va réussir à insuffler à ses hommes...