/entertainment/stage
Navigation

Des marionnettes sans distanciation

Le Théâtre de la Dame de Cœur a reconfiguré sa salle

Le Grand Bric-à-Brac
Photo courtoisie Le Grand Bric-à-Brac raconte l’histoire d’objets de maison qui se retrouvent dans la rue, dans une vente de garage, et qui tentent de comprendre ce qui leur arrive.

Coup d'oeil sur cet article

En hibernation depuis l’automne dernier, les marionnettes géantes du Théâtre de la Dame de Cœur ont repris vie. Elles sont les vedettes du Grand Bric-à-Brac, à l’affiche­­­ jusqu’au 30 août à Upton­­­, en Montérégie.

Ce spectacle familial, créé l’été dernier, n’a pas eu à être transformé pour pouvoir être présenté dans le respect des règles de la Santé publique.

Les marionnettes ne sont pas touchées par la distanciation. Les neuf artistes qui les manipulent portent des masques et des visières et doivent se laver les mains après avoir partagé certains objets.

«Ils ont eu deux mois pour magasiner et trouver le masque qui leur convenait le mieux», fait remarquer Richard Blackburn, cofondateur du Théâtre de la Dame de Cœur.

Les seules modifications qui ont été apportées concernent la configuration de ce théâtre extérieur et couvert qui peut, en temps normal, accueillir 500 spectateurs. Depuis le 4 août, 200 sont admis.

Le lavage des mains est obligatoire, des corridors de circulation avec plexiglas ont été aménagés, et le port du couvre-visage est obligatoire jusqu’à ce que le spectateur arrive à son siège. Des îlots permettent aux gens d’une même famille d’être dans le même espace.

Quatre dimensions

«Le spectacle n’a pas été modifié. C’est exactement le même qui a été présenté l’été dernier. Il n’y a pas eu de transformation», a précisé Richard Blackburn, lors d’un entretien téléphonique.

Le Grand Bric-à-Brac est un spectacle en quatre dimensions qui se déroule au-dessus, autour et parmi le public. 

«C’est coloré et très énergique. On fait vivre, avec deux niveaux de lecture, un moment unique aux familles durant 1 h 20», a indiqué Richard Blackburn.

Un total de 5000 spectateurs assisteront aux représentations, comparativement à 20 000 en temps normal.

«C’est le minimum afin de combler les frais de base», explique Richard Blackburn, précisant que cette saison particulière n’aura pas, en raison de l’existence de subventions gouvernementales, un impact dramatique sur la santé du Théâtre.

Richard Blackburn avoue que l’inquiétude était très présente au début de la pandémie.

«On surveillait les annonces gouvernementales aux 30 minutes. On aurait été incapable de présenter le Grand Bric-à-Brac devant 50 spectateurs. Nous avons commencé à respirer lorsque nous avons appris, en juin, qu’il serait possible d’accueillir 250 spectateurs», a fait remarquer le directeur artistique du Théâtre de la Dame de Coeur. 

Le Grand Bric-à-Brac devait en être, cet été, à sa deuxième et dernière année de présentation. Richard Blackburn précise que ça sera le cas si la tendance se maintient.