/entertainment/shows
Navigation

Kim Gingras dévoile les secrets de sa carrière

La danseuse québécoise lance une plateforme de mentorat pour les danseurs

La danseuse Kim Gingras sur scène avec Beyoncé
Photo courtoisie, Kim Gingras La danseuse québécoise Kim Gingras (à droite) s’est taillé une réputation enviable à Los Angeles. Celle qui fait carrière depuis plus de 15 ans a travaillé avec Beyoncé (photo), Jennifer Lopez, Christina Aiguilera, Justin Timberlake, et Madonna, entre autres.

Coup d'oeil sur cet article

Comment arrive-t-on à danser avec les plus grandes stars de la planète ? Il ne suffit pas d’être le meilleur danseur. Une carrière comme celle de Kim Gingras se bâtit avec la bonne attitude, de saines habitudes de vie et une panoplie d’outils que la danseuse québécoise partagera grâce à sa nouvelle plateforme de mentorat en ligne.

Peu de temps après son arrivée à Los Angeles, Kim Gingras apprend que des auditions pour danser dans un vidéoclip de Nicole Scherzinger ont lieu, mais elle n’y a pas été conviée. Son agence lui explique qu’elle ne correspond pas aux critères exigés. Elle a donc contacté elle-même le chorégraphe, a passé l’audition et a été choisie. Ce vidéoclip lui a ouvert les portes des grands plateaux de télé américains, et elle travaille avec Nicole Scherzinger depuis maintenant neuf ans. 

Des leçons comme celles-ci, qui lui ont permis de gravir les échelons hollywoodiens, Kim Gingras en a tiré à de nombreuses reprises au fil de sa carrière. 

Aujourd’hui, la danseuse québécoise de 34 ans souhaite transmettre le bagage acquis au fil des ans à la nouvelle génération de danseurs en lançant un programme de mentorat unique, dans lequel elle a investi tout son temps au cours des cinq derniers mois.

« Ça fait 15, 20 ans que j’enseigne la danse, explique-t-elle à l’autre bout du fil. Et plus j’enseignais, plus on parlait de mentalité, d’attitude, de confiance en soi. C’était moins dirigé vers le côté technique et physique de la danse que vers les outils qu’il faut pour bâtir une carrière. » 

Avec Vincent Noiseux et Daniel Dory, entre autres, Kim Gingras fait partie de cette première vague de danseurs québécois à s’illustrer sur le marché américain. « On se fait tellement poser de questions, dit-elle. Les danseurs veulent savoir comment ça se passe et comment on y arrive ».

Un programme inspirant

Le programme virtuel « L’Expérience Kim Gingras » débutera le 1er septembre pour trois mois. Au cours de cette période, selon le forfait choisi (qui varie de 227 $ à 987 $), Kim Gingras donnera six conférences virtuelles de deux heures et offrira également des sessions privées pour créer des « plans de match » personnalisés. 

Il n’y a aucun cours de danse au menu. Elle révélera plutôt quelles sont les habitudes de vie à privilégier, comment se bâtir un réseau de contacts, se trouver une agence, ce que contient un contrat, comment se préparer à une audition et s’y démarquer, mais aussi comment développer la confiance en soi, avoir une attitude positive et du professionnalisme.  

Des aspects qui sont aussi importants que d’avoir une bonne technique de danse, souligne-t-elle. 

Incertitude

Avant que la pandémie survienne, Kim Gingras travaillait entre autres avec la chanteuse Dua Lipa et devait notamment se produire au printemps dernier au festival Coachella, aux Billboard Music Award et à Saturday Night Live

Revenue au Québec, elle a profité de cette pause pour s’investir complètement dans la mise sur pied de son programme. 

Comme ses collègues, elle est dans l’incertitude totale quant à une éventuelle reprise de l’industrie. Elle a récemment parlé à son agente à Los Angeles qui lui a dit que son agence roule à environ 5 % de ses activités normales.  

« Je réalise qu’on n’arrête pas de repousser ça, on pensait pouvoir recommencer en octobre ou novembre, et finalement, on ne pense pas avant 2021, peut-être même 2022 pour les gros concerts », estime-t-elle.