/sports/football
Navigation

La saison annulée

La LCF s’est fait refuser un prêt de 30 millions $ du fédéral

SPO-Announce importante de la Ligue canadienne de football
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Randy Ambrosie, commissaire de la LCF

Coup d'oeil sur cet article

Incapable d’obtenir une aide financière gouvernementale, la Ligue canadienne de football a annulé sa saison 2020, lundi. Ce qui veut dire que la coupe Grey ne sera pas remise pour la première fois en 100 ans.

• À lire aussi: «Les Alouettes sont là pour rester» - Mario Cecchini

• À lire aussi: Un manque de leadership selon Bédard

• À lire aussi: Le gouvernement fédéral refuse encore d’aider la LCF

La décision a été prise lundi matin lors d’une conférence téléphonique avec les gouverneurs des neuf formations. 

C’est officiel, les Alouettes n’affronteront pas les Argonauts de Toronto ni aucune autre équipe de la LCF cette année, la saison ayant été annulée en raison de la COVID-19.
Photo Agence QMI, John Morris
C’est officiel, les Alouettes n’affronteront pas les Argonauts de Toronto ni aucune autre équipe de la LCF cette année, la saison ayant été annulée en raison de la COVID-19.

Le coup de grâce est survenu dans les derniers jours quand le gouvernement fédéral a refusé d’octroyer un prêt de 30 millions $ à la LCF pour financer une campagne écourtée. 

« Contrairement à ce qui s’est dit, je ne crois pas que notre refus ait été causé par un manque de transparence de notre part, a mentionné le commissaire Randy Ambrosie lors d’une conférence téléphonique où le nombre de questions a été limité. Du moins, ce n’est pas l’impression que nous avons eue lors de nos conversations avec le fédéral. 

« On va donc se concentrer sur la saison 2021 et sur notre avenir. C’est sûr que nous avons plusieurs défis devant nous. Je suis confiant que nous pourrons les surmonter et que nous reviendrons en force l’an prochain. »

Pertes financières

Les neuf équipes de la LCF, dont les Alouettes, sont assurées de perdre plusieurs millions à cause de l’annulation de la saison 2020. Toutefois, selon Ambrosie, les dommages auraient été encore plus importants avec des matchs à huis clos sans une aide gouvernementale. 

  • ÉCOUTEZ Mario Cecchini, président et chef de la direction des Alouettes de Montréal, sur QUB radio:

Les propriétaires ont décidé d’être conservateurs. Ils ont limité l’hémorragie au maximum. Est-ce que toutes les formations seront au rendez-vous en 2021 ? 

«Je n’ai pas de réponse magique à nos prochains défis, a précisé Ambrosie. Une chose est sûre, je crois aux gens avec qui je travaille. 

«Je suis confiant d’avoir neuf équipes dans notre ligue l’an prochain. Je crois que les derniers mois ont resserré les liens entre les formations.»

Inévitable

La nouvelle de lundi n’est pas une surprise. C’était prévisible depuis plusieurs semaines. 

Les dirigeants de la LCF ont reçu plusieurs signes qui ne mentaient pas. 

Le 18 juillet, les Blue Jays de Toronto n’ont pas obtenu l’approbation des responsables sanitaires pour présenter leurs matchs locaux de baseball au Rogers Centre. Ils ont été obligés de déménager leurs quartiers à Buffalo, aux États-Unis, pour l’été. 

Par la suite, la situation de la pandémie de la COVID-19 est devenue incontrôlable en l’espace de quelques jours. Pour cette raison, les autorités de santé publique du Canada ont décidé de garder les frontières américaines fermées. Il y a quelques jours, elles ont annoncé qu’elles demeureront fermées jusqu’au 21 septembre. 

Et les joueurs ?

Lorsqu’on sait que la LCF devait accueillir plus de 300 joueurs américains au début des camps d’entraînement, il aurait fallu tout un tour de force de la part d’Ambrosie pour convaincre la Santé publique. Ce n’est pas arrivé. 

Et la bulle proposée à Winnipeg ? L’idée n’était pas mauvaise. Les Blue Bombers et la LCF avaient réussi à convaincre les autorités de santé publique du Manitoba. Celles du fédéral étaient prêtes à écouter. 

Durant sa conférence téléphonique, Ambrosie a démontré de l’empathie envers ses joueurs. 

« Je sais qu’ils sont frustrés par cette décision et je les comprends, a-t-il indiqué. Je suis optimiste par rapport au futur de nos relations. S’ils peuvent devenir des partenaires, l’avenir sera intéressant. »

Toutefois, il n’a pas parlé d’indemnités ou autres dédommagements qui pourraient être versés aux athlètes qui n’ont pas reçu un chèque de paye depuis novembre. Il n’a pas été non plus question des contrats qui prenaient fin après la saison 2020. 

Au cours des derniers mois, Ambrosie a oublié d’inclure ses joueurs dans ses démarches. S’il souhaite vraiment une relance solide et viable, il aura besoin de leur contribution. Et ça commence par des négociations honnêtes pour une nouvelle convention collective.