/misc
Navigation

Le ministre sacrifié

Coup d'oeil sur cet article

La démission du ministre des Finances, Bill Morneau, ne change rien à l’essentiel.

Justin Trudeau continue, pour l’heure, d’être entouré des mêmes gens qui le laissent constamment se tirer dans le pied. 

Oui, M. Morneau a commis une faute grave en acceptant un voyage sur le bras de WE Charity alors qu’il était en fonction.

Mais Justin Trudeau et son entourage n’ont pas eu besoin de M. Morneau pour tomber bêtement dans ce scandale.

Hier, Bill Morneau est parti dignement après avoir été traîné dans la boue par l’entourage du premier ministre pendant des jours. 

On lui a reproché anonymement dans les médias, par du coulage d’information bien calculé, de ne pas être l’homme de la situation pour guider l’économie du pays à travers la pandémie.

M. Morneau n’était aussi, semble-t-il, pas assez écolo au goût du premier ministre.

Dépensier

La guéguerre par médias interposés que se sont livrés les clans Trudeau et Morneau n’est pas sans conséquence. Elle nous a permis d’apprendre que le richissime homme d’affaires aurait préféré plus de sobriété dans la réponse économique à la pandémie.

Un discours qui passe mal dans ce gouvernement. 

Les libéraux ont en effet été très généreux dans les derniers mois, faisant pleuvoir les milliards, sans trop se préoccuper de la facture.

Sur le fond, les critiques du clan Morneau font mal, car elles font le jeu de l’opposition.

Quelqu’un devra tout ou tard redresser les finances de l’État après la pandémie. 

Les conservateurs, qui auront bientôt un nouveau chef, auront tout le loisir de rappeler que même l’ex-ministre libéral se questionne sur la capacité des libéraux à faire le ménage.

Dans sa conférence de presse d’hier, Bill Morneau n’a pas répondu à la campagne de dénigrement dont il a été victime de la part de sa famille politique. On présume que ce n’est pas l’envie qui a manqué. 

Car dans toute cette histoire, il le sait, quelqu’un a été sacrifié. 

Pendant ce temps, la garde rapprochée du premier ministre continue de régner en maître sur ce gouvernement.