/finance/business
Navigation

Le secteur du camionnage très affecté par la grève au port de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Le secteur du camionnage est touché de plein fouet par le conflit de travail qui perdure au port de Montréal depuis plusieurs jours. 

• À lire aussi: Port de Montréal: Québec fait confiance à Ottawa

Selon l’Association du camionnage du Québec (ACQ), la grève représente un «nouveau coup dur» pour les entreprises de transports qui ont déjà dû faire face au blocus ferroviaire, à la pandémie de COVID-19 et à la grève au port de Vancouver depuis le début de l’année.

Plusieurs entreprises doivent procéder à des mises à pied alors que 90 000 conteneurs sont bloqués au port de Montréal et que les activités sont détournés vers les ports d’Halifax ou de New York.

«Depuis plus d’un an que le conflit de travail s’intensifie au port, après tout ce temps, plus de 70 rencontres de travail, qui n’ont manifestement pas résolut le problème, l’honorable Filomena Tassi doit agir immédiatement et efficacement pour que cesse cette situation qui s’éternise et qui affecte les possibilités d’exportation et tout l’écosystème économique qui dépendent des activités portuaires» a fait savoir dans un communiqué le pdg de l’Association du camionnage du Québec, Marc Cadieux.

«La priorité doit être accordée à la reprise économique et c’est pourquoi, le gouvernement doit donner un mandat clair accompagner des pouvoirs qui permettront à son actuel observateur de passer au rôle de médiateur ayant le pouvoir de trancher et de régler le conflit.»

L’ACQ tient cependant à saluer les efforts du gouvernement Legault dans cette crise.

«Le lien d’affaire qui unit le port de Montréal à l’Ontario, notamment dans le secteur automobile joue un rôle important dans l’économie. Ce sont des millions de dollars de pertes pour nos entreprises et nos gens. La reprise des activités portuaires doit se faire sans délai», a ajouté M. Cadieux.