/news/transports
Navigation

Montréal-Nord : des citoyens font démanteler une piste cyclable

Une manifestation a eu lieu sur la rue Gouin vendredi dernier devant la Résidence pour personnes âgées du Confort, dans le quartier de Montréal-Nord, pour protester contre la mise en place d'une voie active sécuritaire (VAS) qui permettait aux citoyens de se déplacer à pied et en vélo de l'est à l'ouest du quartier cet été. Plusieurs personnes à mobilité réduite avaient d'ailleurs perdus leur arrêt de bus en raison du VAS.
Courtoisie: Luc Lavergne Une manifestation a eu lieu sur la rue Gouin vendredi dernier devant la Résidence pour personnes âgées du Confort, dans le quartier de Montréal-Nord, pour protester contre la mise en place d'une voie active sécuritaire (VAS) qui permettait aux citoyens de se déplacer à pied et en vélo de l'est à l'ouest du quartier cet été. Plusieurs personnes à mobilité réduite avaient d'ailleurs perdus leur arrêt de bus en raison du VAS.

Coup d'oeil sur cet article

Les revendications de résidents de Montréal-Nord auront porté fruit : l'arrondissement démantèlera d'ici la rentrée scolaire la piste pour cyclistes et piétons qui avait été aménagée cet été sur le boulevard Gouin.

«Nous avons reçu de nombreux commentaires de la part de citoyens ainsi que d’institutions du secteur, notamment du milieu scolaire [...] il a bien fallu nous rendre à l’évidence que nous ne pouvions plus maintenir ce projet pour différentes raisons en lien avec la sécurité et la qualité de vie de nos citoyens», a indiqué dans un communiqué de presse la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black.

200 manifestants

Vendredi dernier, plus de 200 manifestants, en grande majorité des personnes vivant dans des résidences pour aînés sur le boulevard Gouin, se sont réunis pour se plaindre du retrait des arrêts d’autobus occasionné par l'installation d'une piste pour cyclistes et piétons.

Plusieurs manifestant disaient prendre fréquemment l'autobus sur Gouin pour sortir et faire leurs emplettes, et déploraient de devoir maintenant gravir une côte et se rendre sur Henri-Bourassa pour prendre le transport en commun.

«Il y a environ 1500 résidences dans ce secteur, donc peut-être 3000 personnes», a d’ailleurs expliqué un des organisateurs du rassemblement, André Bond, qui mentionnait que le retrait des arrêts d'autobus était très pénalisant pour toutes les personnes à mobilité réduite.

Une pétition avait également été mise sur pied.

Leçons

L'administration de Montréal-Nord assure que le tout sera démantelé d'ici le 26 août et estime avoir appris d'importantes leçons de cette expérience. «Dans l’avenir, nous nous donnerons davantage de temps pour bien les planifier, pour consulter et pour atteindre ce niveau d’acceptabilité auquel nous tenons tant», mentionne la mairesse.

Cette piste faisait partie du réseau de «voies actives sécuritaires» mises en place pendant la pandémie par la Ville de Montréal pour favoriser le recours au transport actif et la distanciation sociale. Ces «pistes pandémie» ont suscité de vives critiques un peu partout à travers la ville depuis leur implantation, notamment en raison du retrait de places de stationnement qu'elles occasionnent.