/misc
Navigation

Morneau devait partir

Coup d'oeil sur cet article

Le vaudeville qui animait la capitale fédérale depuis quelques semaines avait assez duré.

Le ministre des Finances Bill Morneau devait partir. Il l’a fait avec une classe et une dignité qui manquent cruellement en politique.

Ce grave manque de jugement de Bill Morneau pour avoir oublié de rembourser 41 000 $ en frais de voyage humanitaire pour lui et sa famille était impardonnable. 

Si WE Charity aura été la bougie d’allumage de sa chute, le malaise était bien plus profond.

Lorsqu’il s’est entretenu avec Justin Trudeau lundi, la question n’était pas de savoir s’il méritait de demeurer ministre des Finances, mais pourquoi aurait-il voulu rester ?

Un gouvernement dysfonctionnel

Campagne de dénigrement contre Bill Morneau provenant du bureau du premier ministre. Reproches bien publics d’avoir été trop « orthodoxe » face aux mesures d’aide pour la COVID-19. Critiques sur son manque d’enthousiasme pour une reprise économique à saveur environnementale.

Tout le monde avait compris que Bill Morneau et son patron n’étaient plus sur la même longueur d’onde. Pire, Justin Trudeau a laissé son équipe miner ouvertement la crédibilité du ministre le plus sénior du gouvernement. C’est du jamais vu.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

En refusant de laver son linge sale en public, Bill Morneau s’est révélé bien plus loyal que son premier ministre.

N’empêche, il paie le prix de ses erreurs passées. 

Il devait être la caution financière du gouvernement Trudeau. Or, depuis 2015, il a avalé et défendu sans broncher des déficits de plus en plus grands.

Bill Morneau n’a pas réussi à être le Paul Martin de Jean Chrétien, ou le Jim Flaherty de Stephen Harper. C’est-à-dire un ministre des Finances capable de tempérer les ardeurs de son premier ministre.

L’affrontement autour des dépenses de la pandémie n’était que le symptôme visible d’un malaise qui durait depuis trop longtemps.

Bill Morneau n’aura jamais été le ministre des Finances qu’il aurait voulu être.