/news/health
Navigation

COVID-19: Un médecin blâmé au Nouveau-Brunswick bien reçu en Mauricie

Coup d'oeil sur cet article

LOUISEVILLE | Un médecin qui a été soupçonné d'avoir causé une éclosion de COVID-19 au Nouveau-Brunswick pratique maintenant en Mauricie, où il est accueilli à bras ouverts.

Le Dr Jean-Robert Ngola, qui aurait omis de se placer en quarantaine après un séjour au Québec où il a été infecté, a quitté les Maritimes pour la clinique médicale de Maskinongé et l’urgence de Louiseville, au grand plaisir du maire de l’endroit, Yvon Deshaies

«J'ai hâte de le rencontrer! Lorsque ce sera permis, je compte lui serrer la pince et lui dire merci!» a-t-il lancé.

Il faut dire que les besoins sont grands et que la relève est difficile dans les régions. Sans ambiguïté, le maire de Louiseville demande au premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, de laisser le nouveau médecin de la région tranquille.

«Qu'il lui fout la paix, il est parti là, qu'il le laisse tranquille! Nous on va le prendre», a souligné Yvon Deshaies.

Les avocats comptent poursuivre le gouvernement

L'avocat du Dr Jean-Robert Ngola abonde dans le même sens. Selon Me Joël Étienne, le premier ministre du Nouveau-Brunswick a utilisé son client comme bouc émissaire puisqu'il a été accusé à tort d'être à l'origine d'une éclosion de la COVID-19 dans la région de Campbellton.

«Lors de son point de presse devant les médias, il y a eu un manque de transparence. Il n'a jamais déclaré qu'ils étaient 22 médecins à sortir et rentrer de la province sans faire de quarantaine et que c'était une pratique usuelle et courante pour faire ce travail-là au Nouveau-Brunswick. Puis, il n'a jamais été mentionné que d'autres médecins étaient malades en même temps que Jean-Robert», a souligné Me Étienne.

À la suite du point de presse du premier ministre du Nouveau-Brunswick le 27 mai dernier, Dr Ngola a été la cible de menaces. Des informations personnelles, comme l'adresse de son lieu de résidence, ont circulé sur les réseaux sociaux. Le gouvernement de la province a également demandé une enquête à son endroit.

«Il y avait 12 policiers qui enquêtaient! Je n'ai jamais vu ça! Dans des dossiers de meurtres, il y a parfois un, deux ou maximum trois enquêteurs au travail, là une douzaine! C'est de l'acharnement et ça a été perçu comme du racisme pour Jean-Robert», a dénoncé Me Étienne, qui souligne que les médecins à la peau blanche qui étaient malades n’ont pas été inquiétés, eux.

Manque de médecin en région

Le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec confirme l’arrivée du Dr Jean-Robert Ngola dans le Groupe de médecine familiale Saint-Laurent. Sa présence permet la réouverture de la clinique médicale de Maskinongé, qui avait dû fermer ses portes lors du départ à la retraite de la dernière médecin de famille de l'endroit.

Dans le réseau de Maskinongé, 951 personnes sont sur une liste d'attente pour avoir accès à un médecin de famille.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com