/investigations/health
Navigation

Québec va payer pour Bonjour Santé

Les cliniques remboursées pour les sites de rendez-vous

Rendez-vous santé Québec
Photo Rémi Nadeau Québec a injecté des millions pour développer sa plateforme gratuite Rendez-vous santé Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir englouti plus de 11 millions $ dans un site web de prise de rendez-vous gratuite boudée par nombre de médecins, le gouvernement du Québec capitule et paiera pour soutenir les plateformes privées comme Bonjour Santé.

Le ministre de la Transformation numérique, Éric Caire, l’a confirmé hier lors de l’étude des crédits à l’Assemblée nationale.

Questionné par le Parti québécois, le ministre a admis que le gouvernement paiera pour faire la promotion des plages horaires qui se trouvent sur des plateformes privées payantes pour les citoyens.

Québec voulait d’abord forcer toutes les cliniques à utiliser la plateforme Rendez-vous Santé Québec (RVSQ), un site web gratuit du gouvernement qui permet aux citoyens d’avoir accès à un médecin. 

Finalement, devant la grogne des médecins de famille qui désiraient continuer à utiliser des outils privés comme Bonjour Santé, le gouvernement semble avoir abdiqué. 

3 M$

Québec a injecté plus de trois millions pour créer un « hub », c’est-à-dire une interface qui réunira toutes les plages horaires des médecins qui sont disponibles, incluant celles de RVSQ et des plateformes privées. 

« L’idée, c’est que chacun contribue en y mettant ses disponibilités. Ainsi, sur le “hub” on a le portrait global de la situation des rendez-vous au Québec », a indiqué le ministre Caire.

Selon son choix de plage horaire sur le site internet, le citoyen sera redirigé vers la plateforme officielle. 

  • Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef de Bureau parlementaire au Journal de Québec et au Journal de Montréal, à QUB Radio:

S’il se retrouve sur un site privé comme Bonjour Santé, il pourrait avoir à débourser plus de 20 $. 

S’il se retrouve sur RVSQ, le rendez-vous sera gratuit. 

Aux frais des Québécois

Sans dévoiler le montage financier, le ministre a aussi confirmé que le ministère de la Santé paiera aux cliniques les frais associés à leur participation à ce « hub ». 

Une information qui a fait sourciller le député de René-Lévesque.

« Pourquoi y aurait-il un incitatif financier pour ceux qui ont décidé de garder leur technologie privée », a demandé Martin Ouellet, soutenant que Québec payait ainsi deux fois pour satisfaire le secteur privé, soit en créant le « hub » et en couvrant toutes les dépenses. 

« Il y a peut-être des entreprises qui étaient réfractaires à participer à ça dans des conditions où il n’y aurait pas eu ces incitatifs-là », a répondu le ministre.

« On peut décider de forcer la main de tout le monde, mais ce n’est pas nécessairement une bonne idée. Ça ne génère pas beaucoup d’adhésions » a-t-il ajouté.