/misc
Navigation

Influence politique certaine

Coup d'oeil sur cet article

On comprend maintenant mieux pourquoi le gouvernement Trudeau a fermé le Parlement jusqu’à l’automne, cette semaine.

Les 5000 pages de documents explosifs et compromettants sur l’octroi à WE Charity d’un contrat sans appel d’offres allaient être rendues publiques tôt ou tard.

Les libéraux ont fait le calcul qu’il valait mieux, avant, mettre fin aux travaux des comités parlementaires qui enquêtent sur ce scandale.

La manœuvre est cynique.  

Car dans cette épaisse pile de documents, il y a de quoi donner des munitions aux oppositions pendant des semaines.  

  • Écoutez l'entrevue avec Guillaume St-Pierre, chef du Bureau parlementaire d’Ottawa pour le Journal de Montréal et le Journal de Québec, à QUB Radio:   

Influence politique

Non, on ne retrouve pas dans ces milliers de pages de courriels et de notes internes LA preuve d’une commande libérale en faveur du choix de WE Charity.

Mais les empreintes du politique sont partout, et on comprend que les dés étaient pipés en faveur de WE Charity, et que ses fondateurs avaient leurs entrées aux plus hauts niveaux.

L’organisme avait une longueur d’avance, bien avant que la fonction publique reconnaisse la nécessité d’avoir recours à un partenaire extérieur.

Dès le 17 avril, la ministre de la Diversité, de l'Inclusion et de la Jeunesse, Bardish Chagger, a demandé à un des cofondateurs de WE de lui faire une proposition. 

Dans les jours qui suivent, les fonctionnaires qui pilotent le projet tiennent déjà pour acquis que WE Charity sera partenaire, selon les échanges de courriels rendus publics.

Pourtant, les fonctionnaires n’ont pas encore recommandé le soutien d’un organisme communautaire.

Difficile de croire que le gouvernement Trudeau a réellement fait ses devoirs pour considérer toutes ses options, dont d’autres partenaires que WE, un ami du pouvoir, pour gérer la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant, un programme de près de 1 milliard.

Justin Trudeau a toujours plaidé que lui ou ses ministres n’avaient rien à voir avec la décision d’accorder à WE ce contrat. Le voilà contredit.