/news/education
Navigation

L'école à la maison gagne encore du terrain

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY – Cette année, la rentrée scolaire risque d'être particulière et plusieurs parents ont d'ailleurs décidé de retirer leur enfant des établissements scolaires pour faire l’école à la maison.

• À lire aussi: COVID-19: près de 2000 places en garderies perdues

«Il y a toujours une augmentation chaque année, mais en ce moment, l'augmentation elle est deux fois, même trois fois plus grosse que les années précédentes, c'est vraiment incroyable», a dit jeudi Laurence Berger, qui est membre de l’Association québécoise pour l'éducation à domicile.

«Normalement, nous avons 15 familles qui font l'école à la maison. Cette année, nous en avons 20 supplémentaires», a expliqué Cynthia Tanguay, directrice chez Tutorat Saguenay.

Avec la pandémie, plusieurs ont pris goût à ce type d'enseignement.

«Il y a plusieurs familles qui ont aimé leur expérience! Lorsque les écoles ont fermé, certains parents aimaient suivre leurs enfants dans leurs apprentissages, c’est pourquoi ils vont continuer l’école à la maison», a ajouté Laurence Berger, en entrevue avec TVA Nouvelles.

Quelques familles ont déjà fait le grand saut, tandis que d'autres s’y préparent en cas de deuxième vague.

«C'est un plan B pour plusieurs: si les écoles ferment à nouveau, ces familles vont se tourner vers l'école à la maison et poursuivre l'éducation de leurs enfants. Ils prennent de l’information pour se préparer», a relaté Mme Tanguay.

Mélanie Girard a commencé à scolariser ses cinq enfants à la maison quelques mois avant le début de la pandémie.

«Mon Dieu que j'ai fait un bon choix: mes enfants ont continué leurs cycles et, pour nous, ça rien changé», a-t-elle témoigné.

Cette mère comprend les familles qui optent pour ce choix.

«Je ne vivrais pas la rentrée scolaire de septembre, le simple fait que les contacts sont restreints... j’aurais peur que mes enfants n’aillent pas de plaisir à apprendre.»

L’éducation à la maison demeure marginale dans la région et même un peu tabou. Les familles d’ici qui envisagent cette option ont toutes décliné nos demandes d’entrevue.

«Il y a beaucoup de préjugés, c'est dommage, j'entends souvent: les jeunes à la maison ne font rien, mais non! Il faut être dans le bateau pour comprendre. L'école à la maison, ce n’est pas juste le choix des parents, les enfants doivent avoir la motivation aussi.»