/finance/business
Navigation

Fournir vos données personnelles aux pharmaceutiques, c’est winner

Québec veut attirer des firmes pour « jouer dans nos platebandes et profiter de ça »

Pierre Fitzgibonn
Capture d’écran tirée du site internet de l’Assemblée nationale Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a été questionné par les élus de l’opposition, jeudi, au Parlement.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, souhaite fournir les données médicales des Québécois aux pharmaceutiques pour les attirer ici, et faire avancer la science pour tous.

«Le jour où l’on peut se rendre confortable de donner accès à nos données de santé aux compagnies pharmas, qui vont venir dans les hôpitaux universitaires, qui sont très performants, et que l’on a MILA, ou Imagia, qui fait l’algorithme à côté. C’est winner», a déclaré jeudi le ministre de l’Économie, en commission parlementaire.    

  • ÉCOUTEZ Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal et du Journal de Québec:   

D’après Pierre Fitzgibbon, les données de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) peuvent servir une fois que les enjeux de confidentialité et d’accès aux données personnelles sont réglés. 

«La stratégie du gouvernement, c’est carrément de vouloir attirer quelques pharmas pour venir jouer dans nos platebandes et profiter de ça. Je pense que l’on a une chance», a-t-il poursuivi, en ne manquant pas de souligner l’expertise québécoise en intelligence artificielle.

Ces commentaires ont fait sursauter le député de Québec solidaire (QS) Vincent Marissal, qui est revenu à la charge en après-midi pour lui demander s’il pensait vraiment ce qu’il avait dit en matinée. 

«Il n’y a jamais personne qui est allé aussi loin que vous pour l’utilisation de données à des fins commerciales ou mercantiles avec des pharmas. Jamais», a-t-il lancé au ministre, agacé.       

  • ÉCOUTEZ la chronique politique de Rémi Nadeau à QUB radio :   

«Vampires»

Le député de QS a enfoncé le clou en le mettant en garde contre «l’immense voracité des géants comme Google et Amazon».

«Si nous devions aller dans ce débat-là, aussi bien donner les clés de la banque de sang aux vampires», a-t-il imagé, en lui rappelant les fuites récentes de renseignements personnels.

Piqué au vif, le ministre Pierre Fitzgibbon a alors accusé Vincent Marissal de lui attribuer des «propos erronés et incendiaires».  

«Les données de la RAMQ sont une mine d’or pour guérir la population du monde entier. On a guéri le cancer. On va guérir d’autres maladies», a-t-il répondu, excédé, au député solidaire.

  • Écoutez la chronique de François Lambert à QUB Radio:

Confronté aux propos de son homologue de l’Économie, le ministre de la Santé, Christian Dubé, s’est ensuite défendu de vouloir mettre à profit les données de la RAMQ pour attirer les investissements des pharmaceutiques. 

«La réponse, c’est non», a répondu le ministre quand le député de Québec solidaire Sol Zanetti l’a interpellé dans une autre commission pour savoir si c’est ce qu’il prévoyait faire. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

«Patente à gosses»

Par ailleurs, le ministre de l’Économie a qualifié à de nombreuses reprises jeudi l’usine de transformation de Nemaska Lithium de «patente à gosses».

Questionné par le député de la circonscription de René-Lévesque, le péquiste Martin Ouellet, Pierre Fitzgibbon n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Il a multiplié les images peu flatteuses pour dénoncer le projet.

«L’arbre de Noël a disjoncté. Aujourd’hui, cette patente à gosses là ne fonctionne plus», a-t-il laissé tomber, en se désolant d’avoir perdu 80 millions $ d’argent public dans ce projet «excessivement mal ficelé». 

– Avec la collaboration de Patrick Bellerose