/news/health
Navigation

Traitement des AVC complexes: une bourse de 50 000 $ remise à une jeune médecin

Traitement des AVC complexes: une bourse de 50 000 $ remise à une jeune médecin
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Une jeune médecin montréalaise est la lauréate d’une bourse de 50 000 $ qui va lui permettre de partir en France pour parfaire ses connaissances et son expertise en matière de soins pour les patients souffrant d’un accident vasculaire cérébral (AVC) complexe. 

Le chèque va financer le fellowship d’un an de la Dre Aurélie Houle, qui se déroulera à compter d’octobre prochain au sein du service de médecine physique et de réadaptation de l’Hôpital universitaire Pitié-Salpêtrière, à Paris. Ce service est reconnu pour son expertise en neurologie et en rééducation neurologique.

La bourse a été remise par la Fondation RÉA, qui soutient financièrement l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal.

À son retour, la Dre Houle pourra offrir des soins surspécialisés à la fine pointe des connaissances en matière de neuroréadaptation et de prise en charge des complications possibles d’un AVC, a-t-on indiqué, par communiqué.

Elle pourra aussi travailler en réadaptation fonctionnelle intensive auprès de patients atteints d’AVC à l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal. Elle pourra aussi proposer des services surspécialisés dans le diagnostic et dans le traitement des complications pouvant survenir après un AVC.

La Dre Houle, qui a complété son doctorat en médecine et sa résidence en médecine physique et en réadaptation à l’Université de Montréal, pourra enfin continuer ses recherches en élaborant des projets France-Québec multicentriques afin d’optimiser les connaissances en neuroréadaptation, a précisé la Fondation RÉA.

Très occupée et résolument travaillante, la femme compte s’engager en parallèle, dès le mois prochain, dans une maîtrise en pédagogie universitaire des sciences de la santé à l’Université de Montréal pour éventuellement enseigner la médecine.

«Le travail d’équipe avec le patient, ses proches et les divers professionnels de la santé fait partie intégrante de ma pratique médicale, a dit la Dre Houle. Cette collaboration est essentielle, puisqu’elle permet, entre autres, d’offrir un plan de traitement interdisciplinaire optimal adapté aux objectifs du patient en matière de santé, d’autonomie et de qualité de vie. Un tel principe de coopération est notamment important en neuroréadaptation, une surspécialité de la médecine physique et de la réadaptation envers laquelle je suis grandement intéressée.»