/entertainment/movies
Navigation

Yankee: un film coup de poing

«Yankee»
Photo courtoisie «Yankee»

Coup d'oeil sur cet article

Les pugilistes sont légion au cinéma, et ce, depuis que Rocky et autres Raging Bull ont rempli les salles obscures. Mais rarement leurs histoires auront été racontées avec autant de doigté et de sensibilité que celle de Yankee, une œuvre percutante signée Stéphan Beaudoin.

• À lire aussi: Dans l’univers des combats illicites

L’Américaine Skylar a des problèmes. De gros problèmes, même. Réfugiée chez son cousin à Drummondville dans l’espoir de fuir son passé violent, la situation ne semble pas être sur le point de s’améliorer. Dans l’espoir de gagner un peu d’argent, elle se tourne bien malgré elle vers le monde des combats illicites, où elle hérite du sobriquet Yankee. 

Une réalité dure 

Stéphan Beaudoin brosse ici un portrait particulièrement réaliste – et jamais édulcoré – d’une bien triste réalité. 

La violence ? Elle y est présentée crûment, sans filtre et sans détour, certes. Mais surtout, elle n’est jamais gratuite. Et c’est probablement là que Yankee impressionne le plus. Car plutôt que d’y aller avec une surenchère de bagarres et d’affronts, Stéphan Beaudoin utilise ces scènes avec parcimonie.

Résultat : chacune d’entre elles est hautement pertinente et infiniment plus puissante, voire déstabilisante. 

Mais là n’est pas la seule force de ce film. Yankee repose en grande partie sur les épaules de la cascadeuse britanno-colombienne Devon Slack, qui épate ici dans son tout premier rôle au cinéma. Criante de vérité, elle incarne avec une justesse impressionnante une combattante taciturne, troublée et éprouvée. 

Casting impeccable

Mention honorable, également, à Jean-Philippe Perras et Émile Mailhiot, tous deux franchement impeccables dans les rôles respectifs d’un cousin bien ancré dans un cycle de violence perpétuel et d’un entraîneur prenant Skylar sous son aile. 

Yankee n’est toutefois pas un film qui se voit facilement ou passivement. C’est un film éprouvant. Un film dont on ressort secoué, que l’on reçoit comme un coup de poing en plein sternum. Mais c’est aussi un film qui nous ouvre les yeux. Et c’est ce qui en fait un film grandement pertinent.  


Yankee

★★★1/2

Un film de Stéphan Beaudoin

Avec Devon Slack, Jean-Philippe Perras et Émile Mailhiot. Présenté en ligne jusqu’au 2 septembre dans le cadre du festival Fantasia

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.