/sports/racing
Navigation

500 Milles d’Indianapolis: «Cette victoire m’a ouvert les portes de la F1»

Jacques Villeneuve remportait la prestigieuse épreuve il y a 25 ans

-
Photo courtoisie, IndyCar En 1995, Jacques Villeneuve a remporté la course mythique des 500 Milles d’Indianapolis, un exploit qu’aucun autre pilote canadien n’a réalisé jusqu’à ce jour.

Coup d'oeil sur cet article

Jacques Villeneuve est le seul pilote canadien à avoir remporté la célèbre épreuve des 500 Milles d’Indianapolis, le 28 mai 1995.

• À lire aussi: 500 Milles d’Indianapolis: la course de la dernière chance

• À lire aussi: 500 Milles d’Indianapolis: la troisième génération

Qualifié au cinquième rang, Villeneuve s’est par la suite hissé à la première place, mais sans vraiment le savoir puisqu’il avait choisi de rester en piste plutôt que de s’arrêter dans les puits de ravitaillement pendant une neutralisation.

À la relance, il double la voiture de sécurité, ce qui lui vaudra une pénalité de deux tours imposée par les commissaires.

« J’étais furieux », s’est-il rappelé en entrevue au Journal. « Le conducteur de la voiture de sécurité aurait dû me faire signe de ne pas le doubler. Tout le monde était confus et personne ne m’avait avisé que j’occupais la première place. »

Mais Villeneuve n’a jamais abandonné en enchaînant les tours rapides à bord de son bolide de l’écurie Green. Si bien qu’il allait réussir à remonter le peloton pour occuper la deuxième place derrière Scott Goodyear avec une dizaine de tours à franchir.

Goodyear commet la même gaffe

Alors que le drapeau vert n’est pas encore agité, son compatriote appuie sur l’accélérateur et dépasse à son tour la voiture de sécurité avant même que celle-ci n’entre au puits de ravitaillement.

Goodyear écopera à son tour, tout en déplorant que ladite voiture de sécurité roulât beaucoup trop lentement sur la piste.

« Je me suis dit qu’il devait être pénalisé à son tour, a déclaré Villeneuve. Et c’est ce qui est arrivé. Ç’a été l’une des courses les plus difficiles de ma carrière, mais certes l’une des plus mémorables. »

On connaît la suite. Dès 1996, il était recruté par l’écurie Williams en F1, qui allait lui procurer l’année suivante son championnat du monde.

« Il est certain que cette victoire à Indianapolis m’a ouvert les portes de la F1, a-t-il raconté. Je suis fier d’avoir mon nom gravé sur le trophée du vainqueur. C’est une course mythique. »

Rappelons qu’un an plus tôt, en 1994, il avait rallié l’arrivée à la deuxième place au Indy 500 derrière Al Unser fils.

Villeneuve retournera à Indianapolis pour la troisième et dernière fois en 2014. Recruté par l’écurie Sam Schmidt, il termine au 14e rang, après s’être qualifié à la 27e position.

« Ce n’était pas des conditions idéales pour espérer une bonne performance de ma part, avait alors relaté Villeneuve. Si c’était à refaire, je refuserais.

« Quand vous vous retrouvez à bord de la troisième voiture d’une équipe de second ordre, la préparation n’est pas la même. J’ai réalisé après cette course que ça ne valait pas la peine de prendre des risques, surtout pas à Indianapolis. »

Cinq champions du monde

Villeneuve ne remportera jamais la triple couronne du sport automobile, mais il fait néanmoins partie d’un groupe sélect de cinq champions du monde de F1à avoir gagné la classique des 500 Milles d’Indianapolis. 

Emerson Fittipaldi est le seul parmi ces pilotes à compter deux victoires, en 1989 et 1993. Les autres sont Jim Clark (1965), Graham Hill (1966), Mario Andretti (1969) et Villeneuve (1995).

Fernando Alonso pourrait donc ajouter son nom à cette courte liste. S’il gagne dimanche après-midi, l’Espagnol serait le deuxième de l’histoire après Graham Hill, à réaliser le rare exploit de signer des victoires au Indy 500, au Grand Prix de Monaco et aux 24 Heures du Mans.

Pour la passe de quatre ?

Helio Castroneves est l’un des huit pilotes encore actifs à avoir paradé dans le cercle du vainqueur aux 500 Milles d’Indianapolis. 

Une victoire lui permettrait d’égaler le record de quatre détenu conjointement par A.J. Foyt (1961, 1964, 1967, 1977), Al Unser père (1970, 1971, 1978 et 1987) et Rick Mears (1979, 1984, 1988 et 1991).

Le vétéran pilote brésilien, recruté par l’écurie Penske pour la seule course de dimanche, a gagné cette épreuve en 2001, 2002 et 2009.

Alexandre Tagliani est le pilote québécois qui compte le plus de participations aux 500 Milles d’Indianapolis. En huit départs consécutifs, de 2009 et 2016, il a obtenu son meilleur résultat en 2010 quand il s’est classé au dixième rang. On retiendra davantage son exploit l’année suivante quand il a réalisé la position de tête à bord de sa monoplace de l’équipe Sam Schmidt.