/entertainment/movies
Navigation

«Le seul et unique Ivan»: un gorille presque humain

«Le seul et unique Ivan»: un gorille presque humain

Coup d'oeil sur cet article

Adapté du roman jeunesse éponyme, lui-même tiré d’une histoire vraie, le long métrage familial «Le seul et unique Ivan» suit le gorille Ivan (doublé, en version originale anglaise, par Sam Rockwell) qui est l’attraction d’un centre commercial américain. Via vidéoconférence, la réalisatrice Thea Sharrock détaille son processus de travail avec ses acteurs et des écrans verts. 

L’attraction de Mack (Bryan Cranston) ne compte pas qu’Ivan. L’homme fait aussi se produire Stella (voix d’Angelina Jolie), une éléphante, Bob (voix de Danny DeVito), un chien errant qui a trouvé refuge à cet endroit, ainsi que Snickers (voix d’Helen Mirren), un caniche. Si «Le seul et unique Ivan» raconte cette histoire du point de vue du gorille, on croise également Julia (Ariana Greenblatt), la fille de l’homme de ménage (Ramon Rodriguez) de ce mini cirque.

Thea Sharrock est devenue, en 2001, la plus jeune directrice artistique d’un théâtre en Grande-Bretagne. Elle s’est ensuite tournée vers la télévision et le cinéma, réalisant notamment «Avant toi» (2016) avec Emilia Clarke.

C’est en 2017 qu’elle a entamé des pourparlers avec les réalisateurs du «Seul et unique Ivan» suite au désistement de Mike Newell. «J’ai lu le scénario. J’ai ensuite lu le livre, que j’ai immédiatement adoré. À l’époque, mes fils avaient 9 et 10 ans, l’âge parfait pour le livre. Je l’ai donc relu avec eux et ils ont été enthousiasmés. Ils ont aussi éprouvé un fort attachement émotif à l’histoire. C’est le début de cette grande aventure puisque je me suis dit que ce serait merveilleux de faire un film que mes enfants pourraient voir, ce qui est une nouveauté pour moi», indique la cinéaste.

Thea Sharrock a pu compter sur les détails donnés par les anciens gardiens d’Ivan, de même que sur les commentaires de Katherine Alice Applegate, l’auteure de l’ouvrage. «Je l’ai rencontrée lorsqu’elle est venue sur le plateau. Elle a rencontré Angelina, Bryan et Ariana. Katherine est devenue extrêmement émotive lorsqu’elle a fait la connaissance de cette dernière parce qu’elle ressemblait en tous points au personnage de Julia qu’elle avait imaginé.»

S’habituer à la technologie

«Le fait de travailler avec des animaux intégrés en postproduction grâce au CGI a été un immense défi pour moi puisque je n’avais jamais rien fait de tel auparavant. Cela n’a jamais été intimidant. Je savais que les acteurs me donneraient les prestations que je voulais, qu’il s’agisse des acteurs en chair et en os sur le plateau ou ceux qui doublaient les animaux. J’ai eu notamment la chance d’avoir Ben Bishop tous les jours sur le plateau. C’est lui qui incarne physiquement Ivan [Sam Rockwell lui prête sa voix, NDLR]. Il était extraordinaire! Il était en combinaison de lycra verte équipée de capteurs.»

L’éléphanteau Ruby (voix de Brooklynn Prince) occupe une place non négligeable au fur et à mesure de l’avancement de cette histoire. «Pour Ruby, d’expliquer la réalisatrice, nous avons eu la chance de pouvoir compter sur un cascadeur, habillé, lui aussi, d’une combinaison verte en lycra. Il était affublé de grandes oreilles et d’une trompe. Il marchait à quatre pattes et il était grosso modo de la même taille que Ruby. Il était toujours sur le plateau, les acteurs pouvaient donc interagir avec lui comme s’il avait été un éléphanteau.»

Stella a nécessité le travail de deux personnes chargées de manipuler une immense silhouette d’éléphant de manière «à ce que nous sachions toujours où elle se trouvait. Les acteurs avaient toujours l’impression de se trouver en présence d’un animal. Ils n’ont jamais eu à imaginer quoi que ce soit. Pour les autres animaux, nous avions des peluches. Elles ne bougeaient pas, mais leur taille était réaliste.»

«Le seul et unique Ivan» est actuellement diffusé sur la plate-forme Disney+.

«Le seul et unique Ivan»: un film familial touchant

Ivan (voix de Sam Rockwell en version originale anglaise) est un gorille de 400 lb., vedette du spectacle présenté par Mack (Bryan Cranston) dans un centre commercial. Avec l’éléphant Stella (voix d’Angelina Jolie), le caniche Snickers (voix d’Helen Mirren) ou encore le lapin Murphy (voix de Ron Funches), Ivan fait partie d’une espèce de cirque et ne se pose pas trop de questions sur son sort.

Il s’est lié d’amitié avec Bob (voix de Danny DeVito), un chien errant qui habite désormais avec les autres animaux. En parallèle, George (Ramon Rodriguez), l’homme d’entretien de cette attraction, a une fille, Julia (Ariana Greenblatt, vue dans la série télévisée «Harley, le cadet de mes soucis»), qui remarque les dons artistiques d’Ivan.

Tout change lorsque Mack achète un éléphanteau prénommé Ruby (voix de Brooklynn Prince), que Stella prend sous son aile. Car l’arrivée de ce bébé conjuguée aux difficultés financières de l’attraction de Mack génèrent, chez les animaux, une réflexion sur leur vie et leur droit à la liberté.

La technologie utilisée pour rendre les animaux de manière artificielle a bien évolué depuis «Le livre de la jungle» de Jon Favreau, sorti en 2016. Ici, pas de problèmes de perspective ou d’échelle entre les différentes espèces, le rendu de chaque animal étant parfait. Si Stella et Ruby font penser à l’oubliable «Dumbo» de 2019, ce n’est qu’un hasard, le rendu et le réalisme des deux éléphants du film «Le seul et unique Ivan» ayant été considérablement travaillé.

De fait, même si l’on est adulte, on plonge tête première dans ce long métrage au charme «vintage». Le flou visuel entourant la période est voulu, même si l’on finit par se rendre compte que l’histoire se déroule dans les années 1980. Adaptation de l’ouvrage éponyme de Katherine Alice Applegate, la vie d’Ivan est bien réelle, ce gorille ayant été exhibé dans un centre commercial pendant des années.

On peut éventuellement être un peu agacé par cet anthropomorphisme (le fait de doter les animaux de comportements humains) omniprésent, mais le message de respect envers les animaux finit par l’emporter, tout comme l’humanisme de bon aloi qui se dégage de cette production familiale estampillée Disney.

  • Note: 3,5 sur 5