/misc
Navigation

Pierre «Lagaffe» Fitzgibbon

Periode des questions
Photo Simon Clark Au gouvernement, on estime que Fitz n’a pas la langue de bois et que c’est une de ses forces. « Mais il a les défauts de ses qualités. »

Coup d'oeil sur cet article

Des experts lui donnent raison sur le fond, mais avec une maladresse renouvelée, le ministre Pierre Fitzgibbon a causé une commotion faisant craindre pour la protection des données sur la santé des Québécois.

Jeudi, à l’Assemblée nationale, l’échange entre le solidaire Vincent Marissal et le titulaire de l’économie était surréel. 

Visiblement déterminé et convaincu de l’opportunité d’affaires, celui qu’on appelle « Fitz » a lancé que le gouvernement avait l’intention de « donner accès à nos données de santé aux compagnies pharma », ajoutant : « C’est winner ! » 

Plus que ça, il aurait brassé le petit change dans ses poches en disant : « Think big ! » 

Continuant de s’enfoncer, il a affirmé : « La stratégie du gouvernement, c’est carrément de vouloir attirer quelques pharmas pour venir jouer dans nos platebandes et profiter de ça. »

Il n’aurait pas pu choisir meilleure formulation pour alarmer les Québécois.

Et en plus, devant Vincent Marissal, qui exprimait son inquiétude enrobée d’une juste dose de démagogie, il n’a pas saisi l’urgence de nuancer son propos, préférant jouer la carte de la confrontation.

« Vous me désolez », lui a-t-il rétorqué avec dédain, sans comprendre qu’il avait plongé lui-même sans retenue dans des sables mouvants.

Pas de flair politique

Fitz, c’est Fitz. J’écrivais dans cette chronique, presque à pareille date l’an passé, qu’il n’avait aucun flair politique. Il n’en a pas plus aujourd’hui. 

Ce qui me surprend, c’est que personne dans l’équipe de François Legault n’ait cru bon de lui demander de corriger le tir rapidement.

Depuis, bien des Québécois imaginent le ministre vendre les données de la Régie de l’assurance maladie du Québec au plus offrant, au son d’une retentissante caisse enregistreuse.

On se dit : « Je vais me mettre à recevoir des offres de traitement miraculeux sur Facebook parce que Big Brother sait maintenant que je souffre de troubles digestifs ! »

Preuve du malaise au sein du gouvernement, le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui est le patron de la RAMQ, a cherché à mettre le couvercle sur la marmite, en affirmant que le gouvernement n’avait pas l’intention de le faire. Pourtant, mon collègue Nicolas Lachance nous apprend que la Régie a déjà commencé une « phase exploratoire » à ce sujet.

On compte encore sur lui

Au gouvernement, on soutient que Fitz n’a pas mesuré les impacts de ses propos spontanés et qu’il ne doit pas être « fier de son coup ».

On sait qu’il n’est pas vraiment possible de « formater » l’ami de François Legault.

Le ministre au fort gabarit donne parfois l’impression de foncer avec ses crampons et ses épaulettes de football dans un magasin Stokes à travers les articles de porcelaine.

Que ce soit pour la suspecte aventure de 30 millions $ dans les ballons dirigeables Flying Whales ou pour les enquêtes à son sujet en raison d’apparences de conflit d’intérêts, Fitz a fait parler de lui pour de mauvaises raisons.

C’est une star économique du gouvernement qui n’a pas brillé tellement jusqu’ici, malgré ses compétences.

Mais il doit encore être un joueur clé. On compte beaucoup sur lui pour la relance de l’économie en ces temps difficiles. 

5 fois où il s’est mis les pieds dans les plats  

Avril 2019

Il a vendu ses actions de Move Protéine tout juste avant de nommer celui qui en était copropriétaire, Guy Leblanc, à la tête d’Investissement Québec. Le président de Move est Renaud Leblanc, le fils de Guy. Enquête de la commissaire à l’éthique.

Juillet 2019

Il prononce pour la première fois un discours devant les gens d’affaires à Toronto, uniquement en anglais. François Legault le rabroue et dit : « Il ne recommencera pas. »

Septembre 2019

Il a promis l’aide financière du gouvernement à Polycor pour un projet d’exportation de quartz. L’entreprise a retenu les services de l’ami lobbyiste du ministre, Luc Laperrière, qui avait racheté ses actions de Move Protéine.

Février 2020

Sylvie Lalande, de Québecor, intente une poursuite contre lui de 240 000 $. Il avait mis publiquement en doute son indépendance, alors qu’elle siégeait au conseil d’une filiale de Desjardins, lors d’une décision sur le sauvetage de Groupe Capitales Médias.

Juillet 2020

On apprend que le gouvernement fédéral bloque son controversé projet de dirigeables, Flying Whales, dans lequel il a investi 30 millions $. Ottawa craint les risques d’espionnage industriel d’un partenaire  

En vrac  

QS forge la relève !

Émilise Lessard-Therrien.
Photo courtoisie
Émilise Lessard-Therrien.

L’Assemblée nationale doit accélérer ses mesures de conciliation travail-famille, alors qu’on assiste à un baby-boom solidaire ! Émilise Lessard-Therrien a accouché cet été (bravo !), Catherine Dorion le fera bientôt et Sol Zaneti sera papa à l’automne. 

Bonnardel téflon

Periode des questions
Photo Simon Clark

Lors de l’étude des crédits en Transport, Pierre Arcand, Joël Arseneau et Ruba Ghazal ont insisté, tenté différentes approches, joué les ratoureux, les inquisiteurs, mais François Bonnardel a résisté à l’exercice de torture. On ne sait rien de plus sur le troisième lien...