/opinion/columnists
Navigation

Il faut un nouveau discours

Coup d'oeil sur cet article

En continuant d’appliquer les directives de santé publique pour lutter contre la COVID-19, pourquoi se bat-on au juste ?

En mars dernier, on nous a conscrits dans l’effort de distanciation et de confinement avec un objectif clair : tous unis pour aplatir la courbe ! Les Québécois ont embarqué de manière admirable.

Cinq mois plus tard, la courbe est aplatie depuis un bon bout. On a engrangé des équipements médicaux, développé notre capacité de tests, adapté les commerces et les lieux de travail pour limiter la propagation. Parfait.

Dans quel objectif ?

Ce qui manque désormais, c’est un nouvel objectif. On sent que beaucoup de gens ne comprennent pas pourquoi il faudrait continuer de faire attention, alors que le nombre de cas et de décès a fondu.

Est-ce pour atteindre le zéro cas ? Est-ce pour retarder, amoindrir, voire éviter une deuxième vague ? Est-ce que tout cela va rester au moins jusqu’au vaccin ou même au-delà, comme certains le craignent ?

En interagissant avec beaucoup de lecteurs, je me rends compte que ce n’est plus vraiment clair pour les gens. Moi-même, je ne réponds jamais la même chose, pour la simple bonne raison que je ne le sais pas vraiment.

Mise à jour

Alors que la rentrée arrive, le gouvernement et la direction de Santé publique doivent faire une mise à jour de leur discours et expliquer aux Québécois quel est le nouvel horizon sur lequel nous devons pointer notre regard. Le ministre de la Santé a bien parlé de faire mieux que l’Ontario, ce qui nous ferait une jolie jambe, mais à quelle fin ?

Le premier ministre et le directeur national de Santé publique se sont faits plutôt tranquilles depuis le début de l’été, ce qui était amplement mérité. Maintenant de retour de vacances, ils doivent s’adresser aux Québécois pour leur dire de quoi les prochains mois seront faits.