/opinion/blogs/columnists
Navigation

La convention Trump

Coup d'oeil sur cet article

Reconnaissons qu’il s’agit bien davantage d’une convention centrée sur l’individu Trump que sur le Parti républicain et ses représentants. Le GOP a subi un traitement de choc depuis 2016, et, ces dernières années, le parti semble avoir perdu ses assises traditionnelles au profit de son leader.  

La convention du «Trump party» s’ouvrira donc cette semaine à Charlotte en Caroline du Nord, le Joker ayant renoncé à la Floride.

Le programme, déjà, donne le ton et l’ambiance.

Au tableau des orateurs: Ivanka Trump, Mélania Trump, Donald Trump Jr., Eric Trump, et Tiffany Trump.

Jusque là, la convention s’annonce comme une affaire de famille où chacun prononcera son ode au président et à ses brillantes réussites. Ils ont bien fait de ne pas inviter la vilaine nièce Mary.

Prendront aussi la parole: le vice-président Mike Pence et quelques autres fidèles, dont Kevin McCarthy, Joni Ernst, Nikki Haley et Tim Scott. C’est toujours surprenant de voir un représentant d’origine afro-américaine faire partie de l’entourage de Donald Trump. Tim Scott prendra la parole pour appuyer un président ouvertement raciste et dont les partisans ne cachent pas leurs allégeances suprémacistes.

Parmi bien d’autres, on aura droit aussi à Mike Pompeo et à Kellyanne Conway. 

Ça promet. Le Joker va s’en donner à cœur joie durant 3 jours, car il y a fort à parier qu’il prendra la parole tous les jours.

Ce sera le festival de la harangue, de la flagornerie, de la vantardise à outrance.

Attendons-nous à voir le Joker se péter les bretelles sur ses brillantes réussites, quitte à en inventer au besoin. 

Et sachant combien sa piètre performance quant à la gestion de la pandémie risque de le perdre, il va pérorer sur la découverte d’un remède miracle.

La FDA vient comme par hasard de donner un appui de taille à la campagne du président en annonçant l’avènement d’un traitement au plasma contre la COVID-19. Un traitement qui, pour l’instant, n’a pas fait ses preuves.

Il faut à tout prix réussir à faire oublier ces 170 000 morts.

Attendons-nous à ce que le président crache toute sa hargne tel un volcan en éruption.

En baisse dans les sondages, il n’aura de cesse de s’attaquer à Biden et aux démocrates.

Le Joker ne reculera devant rien et n’en sera pas à un mensonge près. Il les invente à mesure!

Le Donald veut absolument réussir le coup de 2016.

Le pire, c’est qu’il pourrait y arriver...