/news/politics
Navigation

Ottawa accusé de vouloir «envahir» le Venezuela

Le ministre des Relations extérieures du Venezuela, Jorge Arreaza.
Photo AFP Le ministre des Relations extérieures du Venezuela, Jorge Arreaza.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre des Relations extérieures du Venezuela a dénoncé les agressions du Canada, jeudi, allant jusqu'à accuser Ottawa de chercher à envahir ce pays d'Amérique du Sud.

Le ministre Jorge Arreaza a, dans le cadre d'une conférence virtuelle organisée par l'Institut canadien de politique étrangère, longuement parlé de la relation diplomatique houleuse entre le Canada et le Venezuela.

Actuellement, Ottawa appuie le président vénézuélien autoproclamé Juan Guaido, opposant de l'actuel président du Venezuela, Nicolas Maduro, ce qui crée d'importantes frictions entre les deux nations. Plusieurs autres pays occidentaux, dont les États-Unis, appuient aussi M. Guaido.

Depuis 2017, le Groupe de Lima, qui regroupe la majorité de pays d'Amérique du Sud et le Canada, mais pas les États-Unis, cherche à trouver une solution pacifique pour sortir le Venezuela de la crise politique et économique dans laquelle le pays s'est retrouvé. Or, Jorge Arreaza estime que le Canada contrôle le groupe en vue d'attaquer le Venezuela.

«Le Canada veut créer les conditions pour pouvoir attaquer le Venezuela, pour envahir le Venezuela, parce qu'ils veulent prendre le contrôle de notre pays et de ses richesses, ses ressources naturelles. Évidemment, ils veulent éliminer l'idéologie de notre gouvernement, de notre peuple, je devrais dire», a assuré le ministre des Relations extérieures du gouvernement Maduro, en anglais.

M. Arreaza a reconnu que le groupe de Lima est contrôlé par le Pérou, mais, selon lui, «les vrais ordres sont donnés du Canada, qui les prend de Washington».

«C'est motivé par les intérêts pétroliers, les grandes entreprises de l'Alberta où est produit du pétrole lourd, comme au Venezuela. Les raffineries du sud des États-Unis, au Texas et en Floride, sont conçues pour traiter le pétrole vénézuélien, parce que normalement, c'était le Venezuela qui fournissait ce pétrole», a détaillé Jorge Arreaza, ajoutant que le pétrole canadien a remplacé celui de son pays et qu'Ottawa souhaiterait que les choses demeurent ainsi.

Selon lui, la relation diplomatique entre Caracas et Ottawa a commencé à se détériorer alors que Chrystia Freeland gérait le ministère des Affaires étrangères du Canada. «Elle a commencé à questionner tout sur le Venezuela. Sous le couvert de la défense des droits de la personne, ils ont commencé à intervenir dans nos affaires internes», a dénoncé le politicien.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.