/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Survivant de la COVID, il raconte son calvaire

Coup d'oeil sur cet article

Le temps d’un week-end au chalet entre amis, Pierre-Louis Paquin a fait comme si de rien n’était, comme si le virus n’était qu’une «illusion». Baisser sa garde aura été l’une des pires décisions de sa vie. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

«Dix jours de grosse grippe intense, des nausées, une demi-journée à l’hôpital où j’ai dû être réhydraté parce que je ne gardais aucun liquide», écrit M. Paquin sur Facebook.

Le verdict est tombé: il a contracté le coronavirus pendant ses vacances.

«On a reçu un couple d’amis au chalet. Dès le départ, on avait pris les prédispositions pour pouvoir se protéger. Eux dormaient dans la tente à l’extérieur. Plus le week-end avance, là on se croise, on fait à manger ensemble. Et puis à un moment donné, on finit par laisser tomber les barrières, baisser la garde», explique M. Paquin.

L’homme dans la trentaine, qui n’avait aucune condition médicale sous-jacente, raconte en entrevue sur les ondes de LCN que la simple action de descendre les escaliers était un défi colossal. Et pourtant, Pierre-Louis Paquin est normalement capable de courir 5 km sans difficulté.

Pierre-Louis Paquin compare la maladie de la COVID-19 à une grosse grippe qui n’arrête pas. Il indique aussi que les symptômes sont apparus graduellement.

«Une grippe, habituellement, ça va durer 3-4 jours, on le sait, pis ça s’atténue. Mais là, ça faisait 7-8 jours, je n’étais pas capable de garder aucun liquide. Là, la question que je me posais, c’était: "Quand est-ce que ça va revenir, quand est-ce que je vais arrêter d’avoir des nausées?"», dit-il.

M. Paquin se dit chanceux que son calvaire n’a pas duré trop longtemps. Au bout d’une dizaine de jours, il était guéri.

«Loin de moi l’idée de faire la morale, je ne suis pas un moraliste. Je veux simplement partager mon expérience, parce que, oui, la COVID existe», dit-il enfin.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.