/news/politics
Navigation

Voies actives sécuritaires: L’opposition veut des chiffres

Coup d'oeil sur cet article

L’administration Plante refuse de dire combien de places de stationnement ont été perdues avec l’installation temporaire des voies actives sécuritaires (VAS). 

Ces aménagements temporaires visent à donner plus d’espace aux piétons et aux cyclistes pour circuler dans un contexte de pandémie.

Francesco Miele, porte-parole en matière d’urbanisme du parti d’opposition Ensemble Montréal, a pressé l’administration municipale de diffuser certains chiffres, lundi, lors de la réunion du conseil municipal.

Outre les places de stationnement retirées, M. Miele souhaitait savoir combien de débarcadères pour personnes à mobilité réduite et de bornes de recharge n’étaient plus accessibles, ainsi que combien de trajets de bus ont été détournés.

Ses questions n’ont pas trouvé réponse. «Nous ferons le bilan des voies actives sécuritaires et on n’aura pas à rougir», a rétorqué Éric Alan Caldwell, responsable de la mobilité et de l’urbanisme au comité exécutif de la Ville.

Fin juillet, un premier bilan de la fréquentation avait été fait; l’administration Plante avait alors vanté l'achalandage.

Néanmoins, plusieurs commerçants et résidents se sont plaints, cet été, de leur mise en place, parfois sans consultation adéquate. L’ombudsman de Montréal a ouvert une enquête après avoir reçu 150 plaintes à propos de ces aménagements.

«Les voies actives sécuritaires de l’administration Plante n’ont pas été une réussite cet été, selon M. Miele, ajoutant que la Ville a dû reculer sur certains projets. Les Montréalaises et les Montréalais subissent cela depuis des mois. Ça a été mal géré, ça a été improvisé.»

Au contraire, «il y a beaucoup d’exemples de succès avec les voies actives sécuritaires», a soutenu M. Caldwell. «Il y a des commerçants qui nous remercient parce qu’on leur a donné de l’espace sur le domaine public pour déployer des terrasses, justement pour assurer leur rentabilité», a affirmé l’élu de Projet Montréal.