/misc
Navigation

De l’argent «gratis» grâce à un régime d’épargne-études

Dragon_test_4mpx
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Faut-il remplir à ras bord le REEE de ses enfants pour que ça vaille la peine d’en ouvrir un ? Euh, non ! En fait, il n’est parfois pas nécessaire d’y mettre un seul dollar pour faire une bonne affaire.

Le REEE (régime enregistré d’épargne-études) sert à encourager les parents à épargner en vue des études postsecondaires de leurs enfants. Les cotisations donnent droit à des subventions de 30 %, de la part d’Ottawa et de Québec, et génèrent des rendements à l’abri de l’impôt. C’est très payant.

« Une autre patente de riches », diront plusieurs. Oui, il faut de l’argent pour cotiser à un REEE, et plus on y investit, plus on pourra récolter de subventions, jusqu’à la limite de 750 $ par année (et 7200 $ sur la durée du REEE).

Pourtant, le REEE offre certains avantages exclusifs aux parents à faible revenu, à commencer par une aide financière fédérale accordée sans contrepartie exigée aux parents (lire « du bel argent gratis ») : le Bon d’études canadien (BEC).

Il faut ouvrir un REEE

Le BEC n’ouvrira pas à lui seul les portes des grandes universités, financièrement parlant, mais ce n’est pas une raison pour refuser une aide si facilement accessible. Il suffit d’ouvrir un REEE dans n’importe quelle institution pour recevoir l’argent.

À la première année d’admissibilité, le BEC s’élève à 500 $ par enfant, puis à 100 $ les années suivantes. Au total, c’est jusqu’à 2000 $ qui peuvent être versés au REEE d’un jeune au fil des ans, sans que les parents aient à y verser la moindre somme.

Pour y être admissible, le revenu familial ne doit pas dépasser 47 630 $ (2019-2020). Le plafond passe à 53 740 $ quand le ménage compte quatre enfants et augmente à chaque enfant supplémentaire.

Il est curieux que l’échelle s’arrête au... seizième enfant, situation pour le moins inusitée dans laquelle la limite de revenu pour se qualifier au BEC dépasse 127 000 $ ! Il aurait été préférable de commencer à hausser le plafond dès le deuxième enfant.

Les parents qui auraient le sentiment d’avoir raté le bateau n’ont pas à s’en faire. 

Toucher le BEC des années passées

« À l’ouverture du REEE, le BEC peut être demandé rétroactivement pour toutes les années d’admissibilité antérieures pour lesquelles il n’a pas été versé », explique Charles-Hunter Villeneuve, fiscaliste chez IA Groupe financier.

Les étudiants âgés de 18 à 21 ans pourront éventuellement réclamer le BEC des années passées en ouvrant un REEE pour eux-mêmes. Comme le bénéficiaire du REEE ne doit pas être né avant 2004 pour avoir droit au BEC, ce ne sera donc pas possible avant 2022...

Aide supplémentaire pour les parents à faible revenu

Quand ils sont admissibles au BEC, les parents ont un intérêt de plus à cotiser au REEE. Pour les ménages à faible revenu, la première tranche de 500 $ de cotisation est assortie de subventions supplémentaires de 30 %, ce qui porte le total à 60 %, soit 300 $.

Attention cependant, il est impossible de récupérer les subventions supplémentaires qu’on aurait ratées durant les années précédentes, contrairement aux subventions de base.