/news/society
Navigation

Plus de vocabulaire pour éviter l’anglais dans les nouvelles technologies

Customer support. Portrait of young and cheerful businessman in eyeglasses and formal wear talking on the phone and smiling while sitting in the office
Photo stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Pour encourager l’usage du français en milieu de travail et dans la vie de tous les jours, l’Office québécois de la langue française (OQLF) a regroupé plus de 170 concepts permettant d’éviter l’anglais lorsqu’il est question de parler des nouvelles technologies. 

Ainsi, du vocabulaire en français est suggéré pour tout ce qui touche au commerce électronique, au traitement de données et à l’édition de logiciels.

Par exemple, on évite de dire «freeware» quand il est question de logiciel gratuit et on emploie plutôt le terme «gratuiciel».

Même chose pour l'expression «tracking number», qui doit être remplacée par «numéro de suivi» ou «numéro de repérage, selon l’OQLF.

Ou encore «data center», qui doit être remplacé par «centre de traitement de données» ou «centre de données».

La Direction générale des services linguistiques de l'OQLF a obtenu la collaboration de plusieurs partenaires dans cette mission de francisation du vocabulaire, soit le ministère de l'Économie et de l'Innovation, l'École de technologie supérieure, HEC Montréal, la Faculté des sciences et de génie de l'Université Laval et Druide informatique.

Des exemples de termes en anglais à éviter selon l’OQLF:

  • Packaging – empaquetage
  • Data integration – intégration de données
  • Data set – ensemble de données
  • Online retail – vente au détail en ligne
  • Software engineer – ingénieur en logiciel(s)