/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Qu’ils se mêlent de leurs affaires !

Coup d'oeil sur cet article

Bianca Longpré a fait sa carrière sous la marque de commerce « Mère ordinaire ». Son fonds de commerce, c’est la vie de famille. Il y en a qui vendent du chocolat ou des voitures, elle, elle vend de la « famille ».

Mais je me demande si elle n’est pas allée trop loin cette semaine, en publiant sur les médias sociaux une vidéo de son fils de 5 ans habillé en robe.

C’est une chose qu’un petit garçon demande à porter une robe pour aller à l’école.

C’en est une autre que sa mère partage cette information, personnelle, qui relève de l’intimité, sur les réseaux sociaux.

Disons que j’ai trouvé ça... ordinaire.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

DANS SA BULLE

Bianca Longpré a filmé son fils qui porte la ravissante robe qu’il va porter à la rentrée. Quand sa maman lui demande ce qu’il va dire aux gens qui s’offusquent, le petit répond : « Qu’ils se mêlent de leurs affaires ».

Justement, en partageant cette vidéo avec des centaines de milliers d’internautes, Bianca Longpré nous propose de nous mêler des affaires... de sa famille. Tu ne peux pas à la fois dire « Je me fiche de ce que tu penses » et « Je te présente cette vidéo pour voir ce que tu en penses ».

Si Bianca Longpré souhaitait vraiment que tout le monde se mêle de ses propres affaires, elle aurait gardé cette vidéo sur son cell et ne l’aurait pas diffusée !

Un enfant n’est pas conscient des répercussions de son geste. Un adulte, oui. Et le rôle d’un adulte est de protéger son enfant.

Comme parent, on n’arrête pas de dire à nos enfants de se méfier des étrangers qui circulent dans les rues. C’est aussi notre rôle de leur dire de se méfier des étrangers qui circulent sur les médias sociaux et qui peuvent être méchants, vicieux et haineux s’ils voient une vidéo d’un enfant qui ne leur revient pas.

Au-delà de l’anecdote au sujet de la robe de Billy, je me questionne sur ces parents, personnalités publiques, qui « utilisent » leurs enfants et leur quotidien comme si c’était une matière première pour leur carrière. Les parents ont fait le choix de vivre leur vie en public. Pas les enfants.

Qu’est-ce qui nous dit que dans cinq ou dix ans, ces enfants de vedettes ne vont pas se révolter que des pans de leur vie personnelle aient été ainsi largement diffusés pour mousser la carrière de papa maman ?

Bianca Longpré aurait très bien pu écrire une chronique sur le fait que son fils veut aller à l’école en robe et ça aurait provoqué un débat intéressant et légitime.

Mais en publiant une vidéo de l’enfant, on franchit une autre étape. J’ai éprouvé un malaise en visionnant ces images, comme si j’étais invité dans l’intimité de cette famille. Je me sentais comme un voyeur.

LE QUANT-À-SOI

Quelque chose me chicote dans cette mise en scène de la vie privée de personnalités publiques. Cet exhibitionnisme de ses moindres faits et gestes.

Comme l’a écrit un internaute (qui manifestement ne se mêlait pas de ses affaires) : « Que l’enfant veuille une robe licorne est logique. Que sa maman la lui donne en public est illogique. »