/sports/fighting
Navigation

Le tout pour le tout pour Zewski

Le Trifluvien aura une lourde commande à Las Vegas

Le tout pour le tout pour Zewski
PHOTO D'ARCHIVES, DIDIER DEBUSSCHERE

Coup d'oeil sur cet article

Depuis quelques années, Mikael Zewski était à la recherche d’un duel d’envergure qui pourrait lui servir de tremplin pour un combat de championnat du monde. Il va enfin l’obtenir le 12 septembre à Las Vegas alors qu’il se frottera au Lituanien Egidijus Kavaliauskas. 

• À lire aussi: «C'est le combat que j'attendais» - Mikaël Zewski

C’est une opportunité en or pour le Québécois et il compte bien en profiter au maximum. 

« On est all in. Je m’en vais là pour livrer la performance de ma vie, a souligné Mikael Zewski lors d’une visioconférence de GYM. Pour le moment, je n’ai pas la notoriété nécessaire auprès des amateurs, des organismes de sanction ou des promoteurs pour qu’on parle de moi comme un adversaire potentiel pour un combat de championnat du monde. 

« Une victoire contre Kavaliauskas va me donner cette légitimité pour atteindre mon objectif. Je n’ai aucune pression et je m’en vais là pour flipper des tables et changer l’ordre établi. » 

Le Québécois Mikael Zewski affrontera Egidijus Kavaliauskas le 12 septembre à Vegas.
Photo d’archives
Le Québécois Mikael Zewski affrontera Egidijus Kavaliauskas le 12 septembre à Vegas.

Son entraîneur est du même avis. 

« On est très heureux que ce combat ait lieu, a ajouté Jean Zewski qui est aussi le père du boxeur. On voulait un top 10 mondial.

« Mikael a eu une bonne préparation et il n’a jamais quitté le gymnase. Le poids et son pouce [fracturé en novembre dernier lors d’un combat] vont bien. »

Zewski est bien conscient qu’il aura une grosse commande sur les bras lorsqu’il montera dans le ring de la bulle de Top Rank. Kavaliauskas (21-1-1, 17 K.-O.) possède un arsenal impressionnant en plus d’avoir les mains très lourdes. 

À l’abattoir ?

« Plusieurs mentionnent que je m’en vais à l’abattoir. C’est tant mieux. Ils seront seulement plus impressionnés par ma performance, a expliqué le pugiliste de 31 ans. Pour ma part, je vois cela comme un combat 50-50. Je ne prendrais pas un combat que je ne crois pas pouvoir gagner.

« Si je peux livrer la performance que je souhaite, je vais revenir avec la victoire. Je peux battre n’importe qui avec une préparation adéquate. »

Pour ce qui est du style de Kavaliauskas, Zewski et son paternel ont eu la chance de l’étudier sur vidéo, mais aussi en étant présent à un des combats de son adversaire. 

« J’étais au Madison Square Garden lorsqu’il a affronté Buddy Crawford en décembre dernier, a mentionné Zewski. 

« Il est très rapide et vif dans ses mouvements. On a trouvé quelques failles dans son style et on pense pouvoir les exploiter. On est confiant de pouvoir le placer dans des zones où il ne sera pas confortable.

« J’ai les bons outils pour le battre et c’est impossible que ce soit un combat plate entre nous deux. »