/news/health
Navigation

Données de la RAMQ: un «test éthique» pour la CAQ, dit Zanetti

Données de la RAMQ: un «test éthique» pour la CAQ, dit Zanetti
Photo d'archives Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | La vente des données de santé des Québécois à des compagnies pharmaceutiques représente «un test éthique» pour les députés de la Coalition avenir Québec, estime le porte-parole solidaire en matière de santé, Sol Zanetti.

• À lire aussi: La «vente» des données de santé est déjà amorcée

• À lire aussi: Données de la RAMQ: Québec solidaire veut une commission parlementaire

«Ce qui est clair, c’est que c’est flou», a ainsi résumé vendredi le député de Jean-Lesage en point de presse, en appelant au «sens de l’éthique des députés caquistes qui se sont engagés dans ce parti pour rendre la politique plus propre, plus noble et pour qu’il y ait plus de transparence».

Vendredi, notre Bureau d’enquête a rapporté que le ministère de l’Économie finance déjà des projets visant à «exploiter» les données de santé des Québécois avec des multinationales pharmaceutiques.

«Aujourd’hui, avec ce cas-là, c’est le test de l’éthique de ces gens-là et de la CAQ. Est-ce qu’ils vont faire preuve de transparence et donner aux Québécois et Québécoises toutes les informations dont ils ont besoin pour savoir qu’est-ce qu’il y a derrière ce projet-là de transfert de données?» s’est-il questionné.

Ces révélations surviennent au lendemain d’un point de presse du premier ministre, François Legault, lors duquel il a affirmé qu’aucun projet de la sorte n’avait encore été entamé.

La semaine dernière, son ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, avait pourtant causé la controverse en affirmant qu’il s’agissait de l’intention du gouvernement.

«Le jour où on peut se rendre confortables de donner accès à nos données de santé aux compagnies pharmas qui vont venir dans les hôpitaux universitaires – qui sont très performants – [...] c’est winner!» avait-il lancé tout en qualifiant le projet de «mine d’or».

«Il y a quelqu’un là-dedans qui ment, et la question c’est: qui ment?» a lancé Sol Zanetti avant de demander à nouveau au gouvernement de mettre en place une commission parlementaire pour se pencher sur cet enjeu.

Sa vis-à-vis au Parti libéral du Québec (PLQ), Marie Montpetit, a elle aussi insisté sur l’importance de tenir cette commission.

«Nous croyons que l’ensemble des élus de l’Assemblée nationale, particulièrement le ministre de l’Économie, ont tout intérêt, tout comme l’ensemble de la population, à entendre les experts sur la question des données personnelles et la RAMQ», a-t-elle indiqué par le biais d’une déclaration écrite.

Le PLQ a toutefois répondu qu’il n’était pas possible de parler à l’ancien ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui a lui-même reconnu être à l'origine de ce projet de transfert de données vers les compagnies pharmaceutiques.

«Le chat sort du sac! La CAQ a déjà amorcé en catimini la vente de nos données de santé, un tour de passe-passe amorcé par le PLQ. Sans débat public et sans gêne. Pas winner, scandaleux!» a écrit sur Twitter le porte-parole du Parti québécois en matière de santé, Joël Arseneau.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.