/opinion/blogs/columnists
Navigation

L’Amérique du Joker

L’Amérique du Joker
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Elle est édifiante, comme en témoigne cette convention à sa gloire.

Le mot d’ordre: on fait peur au monde.

Les démocrates ne sont plus seulement de gauche, ils sont devenus des extrémistes de gauche, des marxistes, des staliniens.

L’Amérique de Biden sera apocalyptique. Qu’auraient-ils dit de celle d’un Bernie Sanders?

Avec Biden ce sera la pauvreté, le socialisme, le crime organisé, la drogue, les gangs de rue, en un mot comme en cent: le chaos!

Mais tout va bien dans l’Amérique du Joker bronzé.

On compte plus de 175 000 morts de la COVID-19, le président ne s’émeut pas. La police tire sur des Afro-Américains, le Joker ne se formalise pas. Un ouragan menace la Louisiane? Pas de problème, il ira leur lancer des essuie-tout pour leur porter secours.

Le Trump show:

On a eu droit aux déclarations disjonctées de Donald Jr et de sa charmante compagne. Tous deux tellement survoltés, qu’il s’est créé un hashtag #cocaineconvention2020. On aurait juré que ces deux-là s’étaient fait un ou deux rails de poudre.

On a vu de tout: une fondamentaliste chrétienne pro-vie, le couple armé de Saint-Louis... Pam Bondi, ex-procureure générale de la Floride, accusant Biden de népotisme! (Ça ne s’invente pas!)

Kellyanne Conway venue encenser son mentor une dernière fois. Mike Pence le soporifique se poser en rempart contre la gauche radicale.

Trump a compris que l’Américain moyen se sent menacé.

Il a raison de l’être parce que d’ici 2040 la population américaine aura complètement changé.

Le règne du WASP (le protestant anglo-saxon blanc) s’achève.

Et au lieu d’apaiser le peuple, les discours incendiaires de ces participants attisent sa colère.

C’est peut-être ce qui conduit à des événements comme celui de Kenosha, où un gamin de 17 ans armé d’un fusil d’assaut s’est mis en devoir de protéger les rues de sa ville. Il aurait abattu deux manifestants qui dénonçaient la violence policière ayant sévi ces derniers jours dans le Wisconsin.

Le gamin se baladait dans la rue exhibant son arme, sans être inquiété. On ne lui a pas tiré dans le dos...

Cette convention s’est clôturée sur un autre discours du Joker en direct des jardins de la Maison-Blanche. Un lieu qui ne devrait pas servir à des événements à teneur partisane.

Mais comme personne ne lève le petit doigt...

En présentant son père, Ivanka affirme que Washington n’a pas changé son papa, mais que c’est plutôt lui même qui a changé Washington.

Une chose est sûre... Le 1600 Pennsylvania Avenue à Washington a connu des jours meilleurs.