/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Montréal: l'état d'urgence maintenu en prévision d'une deuxième vague

Montréal: l'état d'urgence maintenu en prévision d'une deuxième vague
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | L’état d’urgence pourrait être maintenu jusqu’au 30 septembre dans l’agglomération de Montréal en prévision d’une éventuelle deuxième vague de la COVID-19 sur le territoire.

«On continue de voir des vaguelettes. Évidemment, il est impossible, à l’heure actuelle, de prévoir adéquatement la forme de la deuxième vague», a fait savoir la chef de section au Centre de sécurité civile, Annick Maletto, lors du comité exécutif de la Ville de Montréal réuni en séance extraordinaire vendredi.

Comme le décret sanitaire est toujours en vigueur, que les contacts entre les personnes sont appelés à augmenter avec la rentrée scolaire et la poursuite du déconfinement, qu'il n'y a toujours pas de vaccin et qu'on ne sait pas si les personnes qui ont déjà contracté le virus sont immunisées, le niveau de risque de l'apparition d'une deuxième vague est élevé.

La responsabilité de renouveler l'état d'urgence relèverait du comité exécutif encore jusqu'au 30 septembre. Une préparation adéquate en cas d’une deuxième vague pourrait être faite et les missions de sécurité civile pourront être mobilisées, a-t-on expliqué.

Le conseil municipal et l'agglomération tiendront des séances extraordinaires lundi en lien avec cette proposition.

«Cette deuxième phase d’intervention va se traduire un peu différemment de celle que nous avons déclarée il y a maintenant 5 mois. On est davantage dans une optique de consolidation des mesures d’urgence», a expliqué la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Depuis le 27 mars

Rappelons que l'état d'urgence a été décrété depuis le 27 mars sur le territoire de la métropole. En raison de ces pouvoirs, la Ville mentionne avoir été en mesure d’ouvrir 14 sites d’hébergement d’urgence pour les personnes en situation d’itinéraire, des sites de distribution alimentaire et des cantines mobiles.

Un soutien au réseau de la santé a été offert pour l’ouverture de différentes cliniques de dépistage, des équipements de protection individuelle et de produit désinfectant ont été distribués aux populations vulnérables et aux employés. Des corridors sanitaires pour maintenant la distanciation sociale ont également été installés rapidement à travers la Ville.

«[L’état d’urgence] nous a également permis de prendre d’importantes mesures qui n’auraient pas été réalisées adéquatement ou si rapidement dans le cadre des règles de fonctionnement habituelles», a résumé Mme Plante.

Imposer un agenda politique

Le chef de l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville, Lionel Perez, croit de son côté qu’il faut «pouvoir justifier» ces pouvoirs extraordinaires pour pouvoir les continuer et les maintenir. «Je n’ai tout simplement pas confiance en cette administration et la façon dont elle gère ces pouvoirs extraordinaires», a-t-il indiqué.

«Madame la mairesse a, à notre avis, abusé de ses pouvoirs en imposant un agenda politique notamment avec les pistes cyclables et les corridors sanitaires», a-t-il souligné.

Ce dernier prévoit d'analyser la présentation faite durant la réunion du comité exécutif de vendredi en prévision de la séance extraordinaire du conseil municipal lundi prochain.

«Pour nous, ce n’est pas automatique, on va devoir étudier la chose en fin de semaine. On va analyser la présentation qui a été faite qui, pour nous, n’est pas totalement concluante», a ajouté M. Perez.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.