/lifestyle/family
Navigation

Moutons et bergers urbains

CASA 0829 Fleurs et potager
Photo courtoisie, Albert Mondor Yvon Langlois, berger urbain, et ses moutons.

Coup d'oeil sur cet article

Des moutons, en plein cœur de Montréal ? Eh oui ! Une dizaine de moutons vivent au parc Maisonneuve depuis maintenant trois ans. Je suis allé récemment rencontrer ces animaux fort attachants et leurs bergers.

J’ai découvert une véritable ferme urbaine installée dans le parc Maisonneuve. Ouverte au public jusqu’à la fin de l’été, la ferme Biquette à Montréal comprend un potager, des plates-bandes de plantes médicinales, un poulailler et une bergerie. Plusieurs ateliers sur l’agriculture urbaine et l’élevage des moutons y sont prodigués durant les week-ends. On y donne même des cours de yoga, en présence des moutons !

Comme en Europe

La Ferme Biquette Montréal a été fondée il y a maintenant cinq ans par Marie-Ève Julien Denis. C’est à la suite d’un voyage en France, où elle a pu observer de l’écopâturage effectué par des chèvres et des moutons, qu’elle a eu l’idée d’instaurer cette pratique à Montréal. Elle a développé une ferme dans les Laurentides composée de près d’une trentaine de moutons, dont une dizaine vit au parc Maisonneuve durant la saison estivale. Ces moutons urbains retournent chaque automne à la ferme de Marie-Ève pour passer l’hiver en compagnie de leurs congénères.

L’aventure de Biquette à Montréal a commencé avec un programme pilote développé par l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie. Au départ, les moutons étaient installés au parc des Pélicans. Ils sont maintenant établis au parc Maisonneuve de façon permanente depuis trois ans.

Des animaux qui font du bien

Une dizaine de ces moutons vit au parc Maisonneuve durant la saison estivale.
Photo courtoisie, Albert Mondor
Une dizaine de ces moutons vit au parc Maisonneuve durant la saison estivale.

Lorsque je suis allé à la rencontre des moutons du parc Maisonneuve, j’ai été étonné de voir autant de monde s’y intéresser et s’approcher de ces animaux. Heureusement, ces moutons sont très habitués aux humains. Les gens qui étaient là lors de ma visite, pour la plupart impressionnés par la présence de ces animaux dans le parc, étaient tout sourire ! Pour plusieurs personnes, notamment les enfants, c’est une expérience unique d’être si près des animaux, sans clôture ni enclos. Une expérience particulièrement bienfaitrice, créant un certain lien avec la nature. 

Un des bergers m’a confié avoir
rencontré un jour dans le parc un homme de mauvaise humeur qui venait de connaître un très mauvais avant-midi au travail. En se promenant dans le parc, il est tombé face aux moutons et son état d’esprit a changé radicalement. « Ç’a fait ma journée, je suis calme et content maintenant ! », a-t-il déclaré aux bergers.

De véritables moutondeuses !

Les moutons se nourrissent principalement de pissenlit, de trèfle, de plantain et de certaines graminées qui composent la pelouse. Comme ils n’arrachent pas les herbes, mais les coupent plutôt au ras du sol, ce sont d’excellentes tondeuses à gazon ! Les moutons contrôlent aussi les herbes indésirables comme le pissenlit, les affaiblissant à force de les brouter. Ils préfèrent manger les plantes qui poussent sous la canopée des arbres comme l’anthrisque.

Comme les vaches, les moutons avalent l’herbe tout rond sans la mastiquer. Plus tard durant la journée, à partir de l’un de leurs quatre estomacs, ils régurgitent les plantes qu’ils ont broutées pour pouvoir les mâcher jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment tendres et bien déchiquetées, ce qui facilite la digestion.

Les moutons sont des animaux doux et bienveillants avec les humains. Curieux, ils apprécient les animaux domestiques comme les chiens dont ils ne craignent généralement pas la présence dans le parc. Les moutons ne sont pas dérangeants : ils émettent peu de bêlements, leur fumier est peu odorant et disparaît rapidement. En fait, leur présence au parc Maisonneuve est plutôt bénéfique puisqu’ils tondent la pelouse, la
fertilisent et rendent les gens heureux.

Une armée de bergers

Près de 80 bénévoles travaillent à la ferme Le Repaire de Biquette. Il y a toujours trois bergers en compagnie des moutons. Les bergers sont en fait plus présents pour gérer la foule que pour guider les moutons. Les moutons ont une incroyable mémoire du territoire, ils savent exactement où aller pour trouver la meilleure nourriture. Après avoir brouté quelques heures, les moutons retournent invariablement d’eux-mêmes vers la bergerie pour boire et ruminer. 

Divers ateliers sont donnés au Repaire de Biquette dont un sur la laine de mouton et le tissage.
Photo courtoisie, Albert Mondor
Divers ateliers sont donnés au Repaire de Biquette dont un sur la laine de mouton et le tissage.

Responsable des activités des Amis du Jardin botanique de Montréal pendant 25 années, à la retraite depuis peu, Yvon Langlois est berger depuis l’an passé. Très assidu, il vient s’occuper des moutons trois à quatre fois par semaine. Il fait ce travail par amour et par passion pour ces animaux. 

Quant à Annie Cloutier, elle est la coordinatrice de la Ferme Biquette du parc Maisonneuve. Gestionnaire de la ferme, elle y travaille cinq jours par semaine. Annie m’a confié qu’il lui arrive – de même que certains bénévoles – de brosser les moutons comme on le ferait avec un chien ou un cheval. Cela permet d’enlever les fruits de bardanes (craquias) et autres détritus qui se trouvent pris dans la laine. « Je reste tout l’été ici avec les plantes et les animaux, mes vacances se passent au Repaire de Biquette ! », m’a-t-elle dit.