/misc
Navigation

Non à la Grande Noirceur dans l’accès aux données

Coup d'oeil sur cet article

Notre gouvernement possède de grandes bases de données, notamment à la RAMQ. Le ministre Fitzgibbon est d’avis que ces données doivent être davantage utilisées aux fins scientifiques.

• À lire aussi: La «vente» des données de santé est déjà amorcée

• À lire aussi: Fournir vos données personnelles aux pharmaceutiques, c’est winner

• À lire aussi: Des données médicales de la RAMQ dans la mire des biotechs

Je le comprends. L’utilisation de ces statistiques permettrait de sauver des vies. De diminuer les coûts de l’assu-rance médicaments. De développer de meilleurs traitements. De rendre le système de santé plus efficace. De faire de la recherche pharmaceutique.  

Pourtant, tout le monde grimpe dans les rideaux. Les défenseurs de la liberté parlent d’une dérape communiste. La gauche dénonce un capitalisme sauvage.   

  • Écoutez Jean-Denis Garon à QUB radio:   

Comme dans les années 30

C’est franchement à n’y rien comprendre. Comment peut-on demander à l’État et à l’industrie de continuer de naviguer aux instruments, sans chiffres et sans méthode scientifique ? À la mitaine, comme dans les années 1930 ? 

Le vrai scandale, c’est que le Québec vit une Grande Noirceur quant à l’accès--- aux données. Ce n’est pas normal de confiner les statistiques en 2020. 

Le gouvernement du Québec est même en retard sur ce front. Obtenir des données du ministère de la Santé peut prendre des années. Félicitations à la CAQ, qui veut nous faire avancer d’un grand pas. 

Votre vie privée protégée

Les gens s’inquiètent de la protection de leur vie privée. Ils s’inquiètent que la RAMQ fasse fuir leurs données personnelles. Or, il n’en sera rien si Québec travaille bien. 

Chez Statistique Canada, par exemple, on donne déjà accès aux données fiscales des Canadiens à des chercheurs. Des tonnes d’autres données sensibles sont accessibles à des fins de recherche, dans des lieux sécurisés, à la grandeur du pays. 

Cet accès aux données sert la démocratie, en nous permettant d’évaluer les impacts des politiques sur nos vies ! 

Pourquoi pensez-vous que le gouvernement Harper a voulu abolir le long formulaire de recensement ? Pour éviter les critiques et gouverner sans reddition de comptes. Certainement pas pour protéger votre vie privée. 

Vous êtes protégés

Quand le gouvernement « partage » des données, il n’envoie pas votre photo de permis de conduire sur le Dark Web

Votre identité est protégée par la loi. Les données utilisées par les chercheurs sont modifiées pour qu’il soit impossible de découvrir votre identité. 

Ceux qui y ont accès sont assermentés. Le travail d’analyse doit se faire sur place, avec des protocoles autorisés. Des autorisations sont nécessaires pour sortir quoi que ce soit des laboratoires informatiques. 

C’est un processus par lequel je suis moi-même passé. C’est vraiment du sérieux. On est à des années-lumière de l’employé de Desjardins qui a mis nos numéros d’assurance sociale sur une clé USB pour les troquer contre des cartes cadeaux de chez St-Hubert. 

On est en 2020...

En plus, les entreprises doivent payer pour y accéder ! Chez Statistique Canada, il en coûte 9500 $ pour un accès de 200 heures. Il faut ajouter 3875 $ par fichier consulté. Je ne vois pas pourquoi la RAMQ ne pourrait pas faire la même chose à plus grande échelle. 

Nous sommes au 21e siècle. Aucune organisation n’améliore sa performance sans utiliser de données. L’ignorance n’a jamais produit de bons médicaments ou de bonnes politiques gouvernementales.  


► Jean-Denis Garon est professeur à l’ESG-UQAM