/world/europe
Navigation

Virus: la justice autorise une manifestation antimasque à Berlin

GERMANY-POLITICS-COAL-ENERGY-CLIMATE
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Camouflet pour la Ville de Berlin: la justice allemande a levé vendredi une interdiction décrétée par la municipalité de la capitale allemande concernant une manifestation d’opposants au port du masque et aux mesures contre l’épidémie de COVID-19, prévue samedi et largement soutenue par l’extrême droite. 

• À lire aussi: L'Allemagne va durcir ses restrictions face au virus

• À lire aussi: Manifestation « antimasques »: l’extrême droite appelle à « résister »

Des milliers d’opposants au port du masque et aux mesures de restriction contre la pandémie de COVID-19 pourront ainsi défiler, mais en respectant les gestes barrières et la distanciation.

Saisi en référé, le tribunal administratif de Berlin a estimé que «l’existence d’un danger immédiat pour la sécurité publique» n’était pas valable a priori.

Les autorités de la capitale avaient justifié leur décision d’interdire cette manifestation par l’impossibilité de respecter les distances d’au moins 1,5 mètre entre manifestants, dans un contexte de reprise de l’épidémie en Allemagne.

Le tribunal a toutefois soumis la tenue de ce rassemblement, pour lequel sont attendues quelque 22 000 personnes, à certaines conditions.

Les organisateurs du rassemblement devront veiller à ce qu’une distance minimale soit bien respectée entre manifestants. Ces derniers ne devront pas obligatoirement porter un masque.

La Ville de Berlin a encore la possibilité de déposer un recours contre cette décision dans la journée auprès de la Cour administrative supérieure de Berlin-Brandebourg.

Une précédente manifestation d’opposants aux mesures contre l’épidémie avait réuni le 1er août quelque 20 000 personnes dans un cortège hétéroclite rassemblant «libres penseurs», militants antivaccins, conspirationnistes ou encore sympathisants d’extrême droite.

Elle avait été interrompue par la police, car les manifestants, après avoir été plusieurs fois rappelés à l’ordre, n’avaient pas respecté les gestes barrières.

Les forces de l’ordre, qui seront plusieurs milliers à sécuriser l’événement, ont d’ailleurs prévenu qu’elles disperseront les manifestants en cas de non-respect des règles sanitaires.

L’interdiction mercredi de cette manifestation avait suscité un tollé dans les rangs de l’extrême droite qui l’avait qualifiée de «dictatoriale».

Celle-ci s’est félicitée vendredi de la décision judiciaire: le député de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) Leif-Erik Holm a parlé sur Twitter d’une «victoire pour la liberté».

«L’État de droit a protégé la liberté de réunion contre l’arbitraire» de la municipalité de gauche berlinoise, s’est de son côté réjouie une autre dirigeante de ce parti, Beatrix von Storch.

Des contremanifestations sont également prévues à Berlin samedi.