/misc
Navigation

Christian Barthomeuf, le paysan rebelle

Christian Barthomeuf, le paysan rebelle

Coup d'oeil sur cet article

Parsemés sur notre petite planète bleue se trouvent des êtres humains exceptionnels qui prennent soin de la vie. Celle qui nous habite et que l’on habite. Chacun à sa manière, ils agissent concrètement pour changer le monde, un geste à la fois.

Porteuses et porteurs d’initiatives qui contribuent à protéger le bien commun, ils font partie du système immunitaire de la Terre. À partir d’aujourd’hui, c’est à ces gens inspirants que je fais place dans ce blogue.

Clos Saragnat

Parmi eux, sur les coteaux ensoleillés du très joli village de Frelighsburg dans les Cantons-de-l’Est, se trouvent Christian Barthomeuf et sa formidable partenaire de vie et d’affaires, Louise Dupuis. En 2002, ils ont fondé Clos Saragnat.

Pionnier du bio et inventeur du cidre de glace, Christian vient de publier Autoportrait d’un paysan rebelle, une histoire de pommes, de vin et de crottin. Il y partage 70 ans d’audace.

Autodidacte, déjà insoumis à 20 ans face à des systèmes qui pratiquent la monoculture des idées autant que des plantes, Christian est une force de la nature, pour la nature. Il n’hésite pas à tout remettre en question et à passer à l’action.

C’est en pratiquant l’agriculture chimique qu’il en a compris les ravages. De ses yeux gris-bleus, il a vu une grande diversité d’insectes être tués par des pesticides. Il a entendu le silence des oiseaux qui ne fréquentaient plus des champs empoisonnés. Il a senti, entre ses doigts de grand gaillard, une terre morte tant elle avait été abusée.

S’inspirer de la nature

Témoins privilégiés de l’immense déséquilibre provoqué par les humains, Christian et Louise ont décidé de s’engager dans une autre voie. Celle de l’agriculture non seulement biologique, mais aussi régénératrice de la santé des sols, de la biodiversité et du climat. Christian l’appelle l’agriculture fondamentale.

À Clos Saragnat, il ne s’agit pas seulement de refuser l’utilisation d’OGM, de pesticides et d’engrais de synthèse, comme de tout autre produit chimique, mais bien d’apprendre de la nature en reconnaissant toutes ses richesses. Christian et Louise croient à la nécessité d’être humble devant elle.

Cultiver la biodiversité

Sur leur propriété de 35 hectares, 30 sont jalousement préservés dans leur état naturel de pinède, forêt de feuillus, friches et marais. Seulement 5 hectares sont cultivés dans une jungle de biodiversité, à 220 mètres d’altitude.

Avec le temps, ils ont planté plusieurs petites parcelles ayant chacune 70 arbres fruitiers entre lesquels sont cultivés des plantes potagères (patates, ail, courges, etc.), du trèfle, du sarrasin, du lin, de l’orge ainsi qu’une diversité d’autres arbres, arbustes, fleurs et plantes diverses. De la vigne, aux noisetiers en passant par le sureau et l’aronia. Des zones sauvages sèches et humides sont dispersées à travers les cultures de manière à fournir un habitat riche et varié pour la faune, la flore et surtout les insectes qui autorégulent tous ces petits écosystèmes.

Trois brigades d’une vingtaine de poules contribuent à la fertilisation des sols et à la répartition des espèces végétales, fleurs comprises. Si j’étais une poule, je dois vous dire que c’est assurément là que j’aimerais habiter! Ces volailles vivent dans un environnement sain où elles sont magnifiquement bien traitées. En plus de manger bio, l’hiver, Christian et Louise leur font pousser des germinations. Elles ont ainsi de la verdure bien fraîche toute l’année.

Beaucoup de choix ont dû être faits en choisissant d’autres critères que ceux dictés par les marchés. Christian et Louise sont parvenus à éviter les pièges qui viennent avec la quête de profits à tout prix. Leur entreprise est florissante notamment parce qu’ils ont choisi de miser sur la qualité plutôt que la quantité. Ils transforment eux-mêmes et sur place leurs propres pommes, poires et raisins jalousement cultivés. Ils en font des élixirs exceptionnels que personne ne peut imiter.

Voir qu’il est possible de produire et transformer des fruits de manière profitable tout en protégeant la biodiversité et en contribuant à la beauté de notre territoire a de quoi inspirer. Merci, Christian et Louise, d’incarner très concrètement le changement de paradigme qui s’impose dans notre rapport à l’environnement. Merci de nous donner le goût de prendre soin de la vie. Notre bien commun le plus précieux.