/weekend
Navigation

Une intrigue tissée serrée

La brodeuse de Winchester
Photo courtoisie La brodeuse de Winchester
Tracy Chevalier
Aux Éditions Quai Voltaire
352 pages

Coup d'oeil sur cet article

Dans ce dixième roman de l’écrivaine Tracy Chevalier, on découvrira le destin d’une femme du siècle dernier qui, de fil en aiguille, parviendra à se tailler une place de choix au sein du cercle des brodeuses de la cathédrale de Winchester.

Depuis La jeune fille à la perle, qui l’a propulsée en un clin d’œil à l’avant de la scène littéraire, Tracy Chevalier enchaîne les romans historiques et nous entraîne avec un égal bonheur d’une époque à l’autre. 

Ayant cette fois-ci choisi l’entre-deux-guerres, période durant laquelle beaucoup de femmes n’ont pu trouver chaussure à leur pied faute de jeunes prétendants bien portants, l’écrivaine nous conduit ainsi tout droit à Winchester, dans le sud de l’Angleterre. Soit là où Violet Speedwell, 38 ans, s’est récemment installée. 

À cause de la Première Guerre qui lui a pris son fiancé, elle aussi fait partie de ces célibataires dont personne ne sait vraiment que faire. Il y a d’ailleurs une terrible expression pour les désigner : femmes excédentaires. Et dans l’espoir d’échapper à toutes les marques de mépris qui l’accom-pagnent, Violet a tenu à voler de ses propres ailes en se faisant secrétaire. 

Un cercle salvateur

Le 19 mai 1932, alors qu’elle était simplement censée acheter du ruban de machine à écrire avant de retourner au bureau, Violet poussera la porte de la cathédrale de Winchester. Et là, surprise ! Au lieu d’y voir plein de têtes blanches, elle tombera sur un groupe de femmes à part : celles qui brodent les magnifiques agenouilloirs du sanctuaire ou les splendides coussins destinés aux banquettes du chœur. Violet souhaitera bien sûr se joindre à ce cercle très spécial et comme on peut déjà le deviner, sa vie s’en trouvera changée du tout au tout. 

Un livre qui fait du bien, même si le mouvement nazi s’invite peu à peu dans l’histoire.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

La relique du chaos

Giacometti Ravenne<br/>
aux Éditions JC Lattès<br/>
432 pages
Photo courtoisie
Giacometti Ravenne
aux Éditions JC Lattès
432 pages

Les fans du tandem Éric Giacometti et Jacques Ravenne espéraient depuis un bon moment la sortie de ce troisième opus du Cycle du Soleil Noir. Et maintenant que c’est enfin chose faite, on peut dire que l’attente en valait la chandelle : le tsar Nicolas II ayant laissé derrière lui une dernière swastika sacrée, Hitler tiendra absolument à ce qu’elle soit retrouvée. Mais évidemment, il ne sera pas le seul dans la course. Tout simplement captivant !

Les victorieuses

Laetitia Colombani<br/>
aux Éditions Le Livre de Poche<br/>
240 pages
Photo courtoisie
Laetitia Colombani
aux Éditions Le Livre de Poche
240 pages

Après le succès phénoménal de La tresse, l’écrivaine française Laetitia Colombani nous ouvre les portes d’un palais parisien très spécial : celui qui, depuis 1926, appartient à l’Armée du Salut et permet aux femmes dans le besoin de trouver un refuge sûr. Pour Solène, une brillante avocate souffrant de dépression, ce sera aussi l’endroit de tous les possibles, puisqu’elle prêtera bientôt sa plume à toutes celles qui y habitent. Une histoire agréable pleine de bons sentiments. 

Mon labo dans un pot Mason

Jonathan Adolph<br/>
aux Éditions Guy Saint-Jean<br/>
128 pages
Photo courtoisie
Jonathan Adolph
aux Éditions Guy Saint-Jean
128 pages

Ça y est, l’école vient de recommencer. Mais après tous ces mois de vacances, les enfants auront sans doute un peu de mal à se remettre dans le bain. Une solution sympathique ? Les inciter à faire toutes sortes d’expériences amusantes. Grâce à ce livre, ils pourront en effet créer un arc-en-ciel de couches liquides, tester un indicateur de pH, fabriquer une boussole ou s’initier aux phénomènes météorologiques.

Randonnée pédestre au Québec

Yves Séguin<br/>
aux Éditions Ulysse<br/>
384 pages
Photo courtoisie
Yves Séguin
aux Éditions Ulysse
384 pages

Chaque fois que sort une nouvelle édition de ce guide, on ne peut résister à la tentation d’en parler. Parce qu’il nous permet de découvrir quantité de nouveaux sentiers pédestres adaptés à nos envies du moment (randos à caractère historique, randos d’hiver, randos avec chien, randos avec dénivellation importante, etc.), et parce qu’il nous donne plein de bons conseils d’expert. Oui, à nous les plus beaux sentiers du Québec !

Frissons garantis

La nanny<br/>
Gilly Macmillan<br/>
Aux Éditions Les Escales<br/>
 432 pages
Photo courtoisie
La nanny
Gilly Macmillan
Aux Éditions Les Escales
432 pages

La nanny

Jocelyn n’a pas vraiment eu la chance d’être élevé par sa mère. Afin de pouvoir consacrer l’essentiel de son temps aux mondanités liées à son rang, lady Holt a en effet très tôt préféré confier cette tâche à une nounou. À nanny Hannah, pour être plus précis. Mais un beau jour, durant l’été de 1987, Hannah quittera mystérieusement le vaste manoir de Lake Hall sans même se donner la peine de dire au revoir à la petite Jocelyn, qui n’avait alors que sept ans. 

Voilà pour l’intro. Car c’est surtout la suite de l’histoire qui explique pourquoi ce thriller a rencontré autant de succès en Angleterre.

De mauvais lendemains

Trente ans plus tard, Jocelyn n’a évidemment plus rien d’une petite fille. Elle se fait maintenant appeler Jo et se remet difficilement de la mort de son mari, qui l’a laissée sans le sou avec une fillette de 10 ans à nourrir. Du coup, nécessité faisant loi, Jo a dû retourner à Lake Hall, où deux événements apparemment sans rapport ne tarderont pas à se produire. Le premier ? La découverte d’un vieux crâne humain fracturé. Le second ? Une apparition presque fantomatique. On mélange le tout et pouf ! on obtient une intrigue vraiment difficile à lâcher.