/opinion/blogs/columnists
Navigation

La CAQ, repaire de racistes...

Coup d'oeil sur cet article

Y’en a marre de ce glissement des adversaires de la CAQ qui ne se cachent même plus pour traiter de «racistes» ceux qui appuient ce parti...

Un sondage qui fait jaser

La firme Ekos Politics a publié un sondage, en fin de semaine, qui a beaucoup fait jaser. On trouvera le détail de ce sondage ici. Pourquoi fait-il jaser? Parce que les données montrent que la CAQ de François Legault balaie à peu près tout le Québec hors Montréal. 

Même sur l’île de Montréal, les troupes de François Legault déclassent les libéraux, 42% à la CAQ, 29% aux libéraux.

Cela n’a manifestement pas plu à certaines personnes qui jouissent de tribunes enviables. Le journaliste du Montreal Gazette Christopher Curtis – que plusieurs ont découvert lors de l’élection de 2018 au Québec par sa couverture franchement rafraîchissante de la caravane du PQ – a partagé le détail de ce sondage sur son compte Twitter.

Et tout a dégénéré assez vite. En quelques gazouillis, les quelque 57% de gens qui, selon ce sondage, appuient la CAQ... vous avez deviné, sont «racistes». On connaît la chanson. Mais je refuse de m’y habituer ou d’accepter que ça devienne banal.

On est ici en présence d’un journaliste du Montreal Gazette qui discute avec un analyste qui bosse, entre autres, au réseau Sportsnet et au Winnipeg News... Pas deux énergumènes anonymes qui polluent le sous-sol parental. 

Traiter presque 60% du Québec de «raciste», voilà qui n’est pas une mince affaire. Le professeur Marc-François Bernier résume bien la chose...

Appui généralisé à la CAQ

Le journaliste du Montreal Gazette essaie d’expliquer l’appui massif à la CAQ par «les politiques identitaires qui touchent une corde sensible chez les personnes âgées qui ne vivent pas en ville». En ajoutant, «vous savez ce que je veux dire par politiques identitaires».

«Le racisme, oui», répondra l’analyste de Sportsnet.

Pourtant, la réalité est tout autre et dépasse ces généralisations, ces préjugés. 

Le sondage Ekos Politics pointe dans la même direction que bien d’autres depuis l’élection de la CAQ: ce parti est populaire au sein de différentes tranches d’âge, de scolarité, en région, et même de plus en plus à Montréal. Une fracture linguistique subsiste, le Parti libéral demeurant bon premier chez les anglophones (CAQ à 17%, PLQ à 60%).

Aussi, on notera que la CAQ est loin devant chez les femmes et à tous les niveaux de scolarité des électeurs. De même, la CAQ est même devant Québec solidaire par 10 points chez les 18-34 ans.

Le mythe du parti qui caracole en avant dans les sondages à cause des vieux Québécois de souche racistes en région n’est tout simplement pas vrai. Pire, l’entretenir est pernicieux et méprisant.

Comme l’a montré le débat sur la laïcité, le Québec est plus complexe que les stéréotypes entretenus par les militants anti-loi 21. L’appui à la laïcité se situe aussi à près de 45% à Montréal, ce qui laisse croire que plusieurs allophones et anglophones en ville appuient cette législation. 

Pourtant, il y en aura plusieurs pour entretenir, voire mousser, ce glissement entre «appui à un parti ouvertement nationaliste» et «racisme».

Souvent les mêmes qui accusent les nationalistes d’intolérance...

Et insinuer que près de 60% de la population du Québec est raciste, si ce n’est pas de l’intolérance, c’est quoi?