/news/coronavirus
Navigation

Commerce de détail: la pandémie renforce la tendance vers les achats essentiels

Coup d'oeil sur cet article

Les consommateurs canadiens se tournent de plus en plus vers des produits et services de base au détriment d’achats non essentiels comme des marques de luxe ou des gadgets technologiques en raison de la COVID-19, selon un nouveau sondage. 

Le coup de sonde d’EY Canada (Ernst & Young) montre que sept répondants sur dix disent avoir modifié leurs types d’achats avec la pandémie.

«Bien avant l'éclosion de la pandémie, les consommateurs avaient commencé à changer leurs habitudes de consommation, et cette tendance s'est accentuée avec le contexte actuel, a déclaré Daniel Baer du secteur des produits de consommation et du commerce de détail chez EY Canada par communiqué. Partout au pays, nous voyons émerger de nouvelles préférences, à mesure que les consommateurs se tournent de plus en plus vers le commerce électronique, qu'ils cherchent à effectuer des transactions sans contact humain et qu'ils se soucient davantage des répercussions environnementales associées aux chaînes d'approvisionnement internationales.»

Environ 55% des consommateurs canadiens sondés ont dit renoncer à suivre les tendances de l'heure, ce qui implique une réduction de leurs achats de biens et services non essentiels.

Les considérations socio-environnementales gagnent aussi en importance, car 47% des répondants disent qu’il s’agit d’un facteur lorsque vient le temps de passer à la caisse. Ce critère est moins cité que l’abordabilité (54%), mais davantage que la santé et la sécurité (40%).

EY Canada estime que les consommateurs canadiens veulent de plus en plus savoir d’où viennent les produits qu'ils acquièrent, ainsi que les conditions de fabrication.

«Pour projeter une image d'authenticité et gagner la confiance des consommateurs, les entreprises devront investir dans leur chaîne d'approvisionnement et leurs capacités de données, de façon à pouvoir faire preuve de transparence», a précisé Daniel Baer.

EY a constaté que la crise de la COVID-19 a favorisé les paiements sans argent comptant, les achats sans contact humain et les services de livraison à domicile qui sont adoptés par 55% des répondants canadiens.

Ce rapport est tiré d’un sondage réalisé en avril 2020 auprès de 4859 consommateurs américains, canadiens, britanniques, français et allemands.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.