/news/health
Navigation

COVID-19 : davantage d’heures supplémentaires pour les infirmières

Coup d'oeil sur cet article

La moyenne des heures supplémentaires pour les infirmières du Québec s’est considérablement allongée en raison de la COVID-19, atteignant 16,9 h en mai dernier, comparativement à 6,2 h en mai 2019. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

C’est ce qu’a fait savoir mardi Statistique Canada en dévoilant une étude sur l’incidence de la pandémie sur la charge de travail des travailleurs de la santé.

Le Québec est la province qui caracole en tête du nombre moyen d’heures supplémentaires hebdomadaires effectuées par le personnel professionnel en soins infirmiers devant l’Ontario, où la moyenne est passée de 4,7 h à 9,8 heures, sur la même période.

Il faut dire que ces deux provinces sont et restent les principaux foyers d’infection au pays. En l’occurrence, les plus fortes augmentations du nombre de contaminations de COVID-19 y ont été enregistrées en avril et en mai.

«La compilation de données sur les conditions de travail du personnel infirmier est importante, car une charge de travail excessive et la réalisation d’heures supplémentaires ont été associées à une diminution du bien-être et à des conséquences sur la santé à long terme des travailleurs ainsi que sur la prestation des services de santé», a noté l’agence fédérale.

Statistique Canada s’interroge d’ailleurs sur «la gestion des risques que présentent les demandes pour des soins de santé à court et à long terme» et met en relief l’importance d’une surveillance et d’un suivi au fil du temps de ces données.

Par ailleurs, l’étude indique aussi que grosso modo, le nombre moyen d’heures supplémentaires hebdomadaires a doublé au pays en mai 2019 par rapport à mai 2020 parmi le personnel infirmier âgé de 35 ans et plus.

Ces dernières données laissent croire, selon Statistique Canada, de l’importance du «recours à des membres du personnel infirmier plus expérimentés pour gérer les nouveaux cas complexes liés à la COVID-19 ou à une stratégie visant à réintégrer les infirmiers retraités pour répondre à la demande».