/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: moins de crimes, mais plus d'interventions à domicile au Canada

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie de COVID-19 et le confinement qui s'est ensuivi un peu partout au pays ont entraîné une forte diminution de la criminalité au pays, mais les policiers ont eu à répondre à beaucoup plus d'appels pour les perturbations dans des domiciles qu'à l'habitude.

Selon une étude de Statistique Canada basée sur la majorité des plus importants corps policiers canadiens – mais aucun du Québec –, le nombre de crimes violents semble avoir chuté au pays entre mars et juin 2020, par rapport aux mêmes mois en 2019.

Ainsi, les corps policiers ont rapporté 24,7 % moins d'agressions sexuelles, tandis que le nombre de dossiers pour voies de fait a diminué de 11,5 %.

La fermeture des commerces a aussi nui aux voleurs de tous acabits. En effet, le nombre d'appels pour des vols à l'étalage a été pratiquement divisé par deux (-46 %), tandis que le nombre de vols qualifiés a chuté de 20,2 %.

Les infractions liées à la conduite avec les facultés affaiblies (-14,2 %), les vols de voitures (-15,2 %) et les dossiers de conduite dangereuse (-23,8 %) ou avec les facultés affaiblies (-32 %) causant des lésions ou la mort ont aussi été bien moins nombreuses, tandis que les automobilistes restaient cloîtrés à la maison.

Plus d'interventions à la maison

Parmi tous les crimes étudiés, seules les menaces proférées par un membre de la même famille ont connu un léger rebond de 3,1 %.

Le confinement a toutefois amené les policiers à passer beaucoup plus de temps qu'à l'habitude à intervenir directement dans les domiciles des Canadiens. En effet, le nombre d'interventions pour des querelles familiales a bondi de 11,6 %, tandis que les demandes pour s'assurer du bien-être d'un enfant (+18,8 %) ou d'une personne (+11,5 %) ont grandement crû par rapport à l'année précédente.

Les interventions liées à des problèmes de santé mentale ont, elles, bondi de 10,6 %.

Les données ont été fournies par 17 corps de police du Canada qui desservent 59 % de la population, incluant la Gendarmerie royale du Canada, la Police provinciale de l'Ontario et les corps policiers de Vancouver, Edmonton, Calgary et Toronto. Certains n'ont toutefois pas été en mesure de fournir toutes les données requises, tandis qu'aucun corps policier du Québec n'a participé à l'étude.

«Il convient d'interpréter avec prudence les constatations issues de cette activité de collecte de données et de ne pas interpréter les résultats comme étant représentatifs de l'ensemble des crimes déclarés par la police au Canada», a d'ailleurs souligné Statistique Canada.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.