/news/currentevents
Navigation

Ex-policier accusé d'agressions: recours collectif contre un présumé abuseur de jeunes

Les victimes alléguées d’un ex-policier mort aimeraient que justice soit rendue

GEN-Comparution de François Lamarre accusé de crimes sexuels sur des enfants
Photo d’archives Très affaibli, l’ex-policier et entraîneur de hockey François Lamarre avait comparu à Longueuil en décembre pour répondre à des accusations d’agression sexuelle sur des mineurs. Il est décédé en juillet.

Coup d'oeil sur cet article

Une demande de recours collectif de près de 11 M$ a été déposée contre la Ville de Longueuil et la succession de François Lamarre, cet ex-policier et entraîneur de hockey maintenant décédé qui aurait agressé plusieurs dizaines de jeunes.

« Il est manifeste que la [Ville] a été gravement négligente en ayant échoué de mettre fin aux abus sexuels de son entraîneur et/ou a volontairement fermé les yeux sur les mauvais traitements en série infligés aux enfants », dénonce l’action collective déposée mardi.

On estime qu’il a pu faire « des dizaines, si ce n’est pas des centaines de victimes ». 

Arrêté en décembre 2019, François Lamarre faisait face à des accusations pour au moins 16 victimes sur près de trois décennies, selon le Service de police de l’agglomération de Longueuil. 

Selon le mandat d’arrestation émis contre l’ancien policier de Montréal, les faits reprochés se seraient produits de 1972 à 1997.

Il aurait commencé à sévir dès l’âge de 24 ans. À cette époque, il était instructeur d’équipes de hockey mineur à Greenfield Park, sur la Rive-Sud, poste qu’il a occupé durant les années 1970 et 1980.

Mort naturelle

Lamarre est décédé le 26 juillet dans un centre hospitalier de la Rive-Sud, de cause naturelle, à l’âge de 72 ans, avant de pouvoir subir son procès. 

Or, une de ses victimes alléguées a décidé de se tourner vers l’option d’un recours collectif afin que justice puisse être rendue. 

Dans la requête, John Cormier soutient avoir subi plusieurs attouchements sexuels par Lamarre, alors qu’ils se trouvaient à l’aréna. Des agressions seraient aussi survenues à l’extérieur.

Les parents de la victime s’étaient liés d’amitié avec l’entraîneur, sans se douter de la situation. Comme il s’agissait d’un individu « estimé » dans la communauté, de surcroît grâce à son titre de policier, M. Cormier était donc encouragé à passer du temps avec Lamarre. 

Intimidation au poste

Or, dans ce contexte d’amitié, le policier l’aurait même amené au poste où il travaillait à Montréal et lui aurait montré les cellules des prisonniers pour « l’intimider » et le forcer à se taire, affirme le document. 

Aujourd’hui, John Cormier affirme vivre avec de nombreuses séquelles. 

Le cabinet Kugler Kandestin pilote le recours collectif, qui vise autant la Ville de Longueuil, dont fait maintenant partie l’arrondissement de Greenfield Park, que la succession de François Lamarre. Un montant de 10 725 000 $ est réclamé en dommages et réparations pour les victimes.

La Ville a préféré ne pas commenter. À moins d’un règlement, un juge devra autoriser la requête.


Les victimes sont invitées à communiquer de manière confidentielle avec les avocats au 514 878-2861.