/sports/soccer
Navigation

Refus de boycotter : le TFC livre sa version des faits

Refus de boycotter : le TFC livre sa version des faits
Martin Chevalier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Le match de vendredi dernier entre l’Impact de Montréal et le Toronto FC a soulevé la controverse, puisque les deux équipes n’ont pu s’entendre à savoir si le match devait être repoussé afin de soutenir le mouvement sportif contre l’injustice raciale. 

• À lire aussi: Faire meilleure figure

• À lire aussi: La hiérarchie canadienne

Le défenseur de l’IMFC Rudy Camacho avait mentionné après la rencontre que ses coéquipiers et lui n’avaient pas l’intention de jouer et qu’ils s’étaient entendus avec les joueurs du TFC. Peu de temps avant le début du match, ceux-ci se sont ravisés et ont finalement vaincu l’Impact 1 à 0, au Stade Saputo.

Le vétéran du Toronto FC Justin Morrow est le directeur exécutif de la Coalition des joueurs noirs de la Major League Soccer. Plusieurs se sont fiés sur son opinion avant de prendre leur décision.

«[Morrow] disait qu’il se sentait comme si nous devions jouer. Notre club pensait que nous devions jouer et nous pensions que ça représenterait un meilleur message de jouer», a mentionné au quotidien «Toronto Sun» le milieu de terrain Jonathan Osorio, lundi.

«C’est la plateforme [celle de jouer] par laquelle nous pourrons faire changer les choses, où nous pouvons essayer d’être entendus, a de son côté mentionné l’entraîneur Greg Vanney. Ça amplifie l’importance pour nous d’être sur le terrain.»

Les deux équipes canadiennes poursuivront leur rivalité, qui n’en sort peut-être que grandie après cet incident, mardi, au BMO Field. Le Toronto FC n’a pas encaissé de revers en saison régulière lors des 18 dernières rencontres, en tenant compte de la campagne 2019.

«Nous sommes sur une bonne séquence et notre objectif est de continuer nos performances et améliorer les choses que nous croyons pouvoir améliorer... en comprenant que beaucoup de choses importantes se passent autour de nous, a ajouté Vanney. Lorsque vous êtes au sommet de la montagne, les gens vous écouteront davantage que si vous êtes au pied.»