/sports/racing
Navigation

La fin d’une époque en Formule 1

Claire Williams confirme son départ de l’écurie fondée par son père

AUTO-PRIX-F1-WOMEN-SOCIETY
Photo d’archives Directrice adjointe de l’écurie Williams, Claire Williams passera le flambeau en fin de semaine après le GP d’Italie.

Coup d'oeil sur cet article

Le départ de Claire Williams du sein de l’écurie fondée par son père Frank, il y a plus de 40 ans, marque la fin d’une époque en F1.

• À lire aussi: «Une journée triste pour la F1» – Nicholas Latifi

Une dizaine de jours après avoir annoncé la vente de l’entreprise au fonds d’investissement américain Dorilton Capital, la fille du propriétaire-fondateur a annoncé jeudi qu’elle démissionnait de son poste de directrice adjointe.

Ce départ de la famille sera effectif à l’issue du Grand Prix d’Italie disputé ce dimanche à Monza.

« Maintenant que l’avenir de l’équipe est assuré, le temps est venu de nous éloigner de notre sport », a indiqué Claire Williams dans une vidéo diffusée sur les médias sociaux. 

AUTO-PRIX-F1-WOMEN-SOCIETY
Photo d’archives

« Nous sommes impliqués dans cette discipline depuis plus de quatre décennies et très fiers de notre bilan et de l’héritage que nous laissons derrière nous, a-t-elle poursuivi. Nous sommes convaincus que l’équipe est entre bonnes mains et que le nom Williams va perdurer. »

Claire dirigeait les opérations de l’entreprise familiale depuis quelques années déjà en raison de la santé chancelante de son père, âgé de 78 ans, devenu paraplégique à la suite d’un accident de la route en 1986.

La famille Williams mettra un terme dimanche à une association tantôt fructueuse tantôt périlleuse avec la discipline-reine du sport automobile.

Cette aventure s’est amorcée dès l’année 1969 quand Frank s’est procuré un châssis usagé de l’écurie Brabham. Pendant six ans, il tentera, non sans difficulté, de participer au Championnat du monde avec d’autres partenaires. Les résultats ont été très modestes.

AUTO-PRIX-F1-WOMEN-SOCIETY
Photo d’archives

Poussé à la porte en 1975

En 1975, il inscrit pour la première fois une monoplace de F1 en son nom, mais faute d’argent, il est forcé de céder 60 pour cent des parts de l’équipe à Walter Wolf, un entrepreneur austro-canadien qui, dès la saison suivante, créait sa propre écurie.

Poussé à la porte et forcé à une première retraite de la F1, Williams revient à la charge en 1977 pour fonder son équipe, la Williams GP Engineering (telle qu’on la connaît encore aujourd’hui), tout en recrutant le jeune et très doué ingénieur Patrick Head.

Deux ans plus tard, le duo redoutable obtient une première consécration quand le pilote suisse Clay Regazzoni signe, au Grand Prix de Grande-Bretagne, la première des 114 victoires de l’écurie en F1.

AUTO-PRIX-F1-WOMEN-SOCIETY
Photo d’archives

Villeneuve, le dernier champion

Dès lors, les succès vont s’accumuler pour le propriétaire britannique. 

En 1980, l’Australien Alan Jones est sacré champion du monde au volant d’une Williams. Six autres pilotes seront également titrés, dont le dernier est le Québécois Jacques Villeneuve en 1997.

Mais, par la suite, l’écurie ne cessera de régresser même si, en 2014 et 2015, elle fut considérée comme la troisième puissance du plateau de F1 en cette ère des moteurs V6 hybrides.

AUTO-PRIX-F1-WOMEN-SOCIETY
Photo d’archives

Risée du peloton

En 2018 et 2019, on l’a décrite comme la risée du peloton, elle qui a terminé dixième et dernière au classement des constructeurs. Tout laisse croire qu’elle conservera d’ailleurs cette position peu enviable en 2020.

La perte de précieux commanditaires, ces dernières années, a limité les ressources financières de cette équipe au point où, face à une survie de plus en plus menacée, elle a recruté des pilotes « payants », les Canadiens Lance Stroll puis Nicholas Latifi, pour boucler ses fins de mois.


L’écurie Williams GP Engineering en F1

Grands Prix disputés : 739 | Premier GP : Espagne 1977 | Première victoire : Grande-Bretagne 1979 (Clay Regazzoni) | Victoires : 114 | Podiums : 312 | Doublés : 33 | Positions de tête : 128 Dernière victoire : Espagne 2012 (Pastor Maldonado) | Dernier podium : Azerbaïdjan 2017 (Lance Stroll 3e)

Champions du monde  

  • Alan Jones (1980) 
  • Keke Rosberg (1982) 
  • Nelson Piquet (1987) 
  • Nigel Mansell (1992) 
  • Alain Prost (1993) 
  • Damon Hill (1996) 
  • Jacques Villeneuve (1997)  

Pilotes les plus victorieux 

  • Nigel Mansell (27) 
  • Damon Hill (21) 
  • Alan Jones et Jacques Villeneuve (11) 
  • Nelson Piquet et Alain Prost (7)  

Neuf fois championne du monde des constructeurs 

  • (1980, 1981, 1986, 1987, 1992, 1993, 1994, 1996 et 1997)  

Source : formula1.com