/finance/business
Navigation

L'usine Canadel de Louiseville peine à fournir à la demande

Coup d'oeil sur cet article

Les employés de l'usine Canadel à Louiseville travaillent à plein régime. Les carnets de commandes explosent et la main-d'oeuvre manque pour répondre à la demande.

«Ça roule! Ça roule! On n’arrête pas et on a chaud avec nos masques et nos équipements, mais on n’arrête pas», a lancé jeudi une employée à l'heure du lunch, à la caméra de TVA Nouvelles.

«On ressent l'augmentation! Plus de tables, plus de chaises et plus de meubles à produire! On manque d'employés», a souligné un autre travailleur.

Chaque semaine, c'est 30 poids lourds remplis de meubles qui quittent le siège social de Louiseville.

Un boom imprévu

En deux mois seulement, l'entreprise québécoise spécialisée dans la fabrication de meubles dépasse les 10 % d'augmentation de commandes. Le président, Michel Deveault, compare les chiffres à ce qu'ils ont vécu après le 11 septembre 2001. Les budgets voyage sont transférés dans les projets résidentiels chez les consommateurs.

«Normalement, on est en mesure de livrer en quatre semaines, mais là on tourne plus autour des six, sept semaines!» a ajouté M. Deveault.

Licenciement en juin

Il faut dire que la direction de Canadel avait procédé au licenciement de 50 employés en juin dernier en raison de la pandémie. À ce moment-là, il était difficile de croire que la reprise du marché allait exploser de cette façon.

«Aujourd'hui, on estime que ça va nous prendre plus que 50 personnes pour être capables de combler cette croissance-là. Par contre, il faut être prudents, puisqu'on ne sait pas ce qui va arriver en septembre. D'autant plus que 70 % de notre production est vendu à l'étranger. Puis, on ne veut pas embaucher du monde pour les remercier quelques semaines ou mois plus tard», a expliqué M. Deveault.

Vague bleue

L'autre impact imprévu est cette vague bleue, d'achat local, qui est bien réelle. Les répercussions dans les boutiques spécialisées sont visibles. Les consommateurs doivent s'armer de patience avant de recevoir leurs meubles.

«C'est surprenant! Chez certains fournisseurs, ils voient des augmentations de plus de 50 %! Les délais étaient de six semaines pour l'achat d'un produit québécois. Maintenant, on va parler de 10 à 12 semaines pour certains», a dit la copropriétaire d'Accent Meubles, Stéphanie Hamel.

Si la tendance se maintient, Canadel va récupérer les trois mois de fermeture forcés pour atteindre les 90 millions $ de chiffre d'affaires annuel.