/portemonnaie/business
Navigation

Qu’est-ce que le revenu universel et pourquoi est-il sur toutes les lèvres?

Qu’est-ce que le revenu universel et pourquoi est-il sur toutes les lèvres?
Unsplash | McKenna Phillips

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie de la COVID-19 et la crise économique qui en découle ont fait regagner de l’intérêt pour le revenu universel à travers le monde. Mais qu’est-ce que ce concept et pourquoi est-il plus que jamais d’actualité?

Qu’on l’appelle «revenu minimum garanti», «revenu de base», «revenu d’existence» ou «revenu universel», son concept poursuit grosso modo le même objectif: «assurer un revenu minimum de base pour chaque citoyen essentiellement», indique en entretien téléphonique Steve Ambler, professeur au Département des sciences économiques à l’ESG UQAM.

Cela signifie qu’une somme d’argent est accordée, peu importe le statut social d’une personne, qu’elle soit inactive, à l’emploi, en recherche d’emploi ou à la retraite. Bref, ce revenu est inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus (comme un salaire d’emploi) et une personne y accède mensuellement jusqu’à sa mort.

Est-ce que ce concept se rattache à une idéologie de droite ou de gauche? «La façon de l’implanter peut différer entre la gauche et la droite en termes de politique, soulève le professeur. Il y a des gens à droite et à gauche qui sont pour l’idée et des gens à droite et à gauche qui sont contre.»

Qu’est-ce que le revenu universel et pourquoi est-il sur toutes les lèvres?
Unsplash | Plabo Garcia Saldana

Pour ou contre?  

Ceux qui s’opposent au revenu de base craignent que des citoyens deviennent inactifs et qu’ils profitent de son système, sans participer à son financement. Ils redoutent de plus que son application n’ait pas d’incidence réelle à la lutte contre la pauvreté et qu’il soit extrêmement coûteux pour un gouvernement de le financer, donc qu’il encourage la hausse des impôts.

Inversement, les partisans du concept y voient une possibilité de lutter contre la pauvreté et de favoriser la liberté, en laissant le choix à une personne de travailler pour gagner davantage d’argent ou de travailler moins, voire pas du tout, pour faire du bénévolat, s’occuper de la famille ou accomplir d’autres réalisations personnelles. 

Qu’est-ce que le revenu universel et pourquoi est-il sur toutes les lèvres?
Unsplash | Thiego Cerqueira

«Théoriquement, cela permettrait aussi de simplifier beaucoup d’autres programmes de soutien au revenu», souligne M. Ambler. Les plus favorables disent qu’il serait peu coûteux à administrer puisqu’universel, et qu’il réduirait la stigmatisation dont souffrent de nombreux bénéficiaires d’aide publique. 

Des modalités multiples  

Les adeptes du revenu minimum garanti ne s’entendent pas tous sur ses nombreuses modalités. Par exemple, certains croient qu’un revenu de base doit être accessible dès la naissance, sans condition d’âge, alors que d’autres estiment qu’il faut plutôt le rendre admissible seulement aux adultes. «Ça pourrait être un montant pour tout le monde, un montant par adulte et la moitié pour un enfant à charge», ajoute M. Ambler.

Certains estiment que le montant minimum garanti doit être peu élevé afin d’encourager les citoyens à travailler. D’autres préfèrent qu’il soit plus généreux pour s’assurer que chaque individu puisse réellement choisir de travailler ou non.

Le financement du revenu de base est aussi source de grands débats. Doit-on financer ce projet en augmentant les impôts? Doit-on supprimer d’autres programmes d’aide (exemples: crédits d’impôt, allocations familiales) et les remplacer par ce programme? Le salaire minimum est-il encore nécessaire si le gouvernement verse un revenu minimum de toute façon? Doit-on le maintenir pour augmenter le pouvoir d’achat de chaque individu? Les avis sont partagés.

Dans le contexte actuel  

Depuis le début de la pandémie, plusieurs regroupements et partis politiques à travers le monde avancent qu’un revenu universel permettrait de traverser plus facilement la crise et les temps incertains à venir. Il favoriserait de plus le respect des règles sanitaires et encouragerait le confinement, lorsqu’exigé par la Santé publique. 

Au Canada, certains groupes, dont Revenu de base Québec, estiment que la Prestation canadienne d’urgence (PCU) s’apparente à une forme de revenu minimum garanti, puisqu’elle s’adresse à un grand nombre de personnes et que le gouvernement fédéral pourrait le transformer et le raffiner en un programme universel à plus long terme.

Qu’est-ce que le revenu universel et pourquoi est-il sur toutes les lèvres?
Unsplash | Michelle Spollen

Ailleurs dans le monde  

Les expérimentations liées au revenu de base se multiplient à travers le monde. L’Allemagne a annoncé, mardi, qu’elle en ferait le test dès 2021 auprès de 120 citoyens en leur offrant mensuellement 1200 euros (1869$) durant trois ans. L’Espagne a aussi mis en place un programme de revenu minimum vital de 460 euros (707$) par mois, en mai dernier, pour faire face à la crise du coronavirus.

La Finlande, qui avait expérimenté le revenu universel de base en 2017 en offrant environ 850$ par mois à 2000 personnes, n’a pas donné suite à son projet. Les résultats d’une étude menée par l’Institut d’assurance sociale de Finlande et l’Université d’Helsinki ont toutefois suggéré que l’expérience aurait été bénéfique à la santé et au bien-être général des participants.

Les impacts d’une telle mesure sont difficiles à prédire. «En économie, il n’y a aucune expérience parfaite et pure comme en laboratoire, car tu peux viser une communauté spécifique, mais dans la mesure où tout le monde sait que c’est temporaire, les gens vont réagir en conséquence», explique l’enseignant.

La ville d'Helsinki, en Finlande.
Unsplash | Tapio Haaja
La ville d'Helsinki, en Finlande.

Qu’en est-il au Québec?  

Le revenu minimum garanti s’intègre à la politique québécoise depuis plusieurs décennies déjà. Le Parti libéral du Québec a mis sur pied une forme d’allocation pour les personnes ne pouvant exercer un emploi en raison de contraintes physiques et mentales. Le Parti québécois a déjà intégré des consultations sur le sujet dans son programme et l’ancienne Action démocratique du Québec avait aussi proposé un projet de loi en ce sens.

Plus récemment, Québec solidaire a fait la promotion du revenu minimum garanti à partir de 18 ans jusqu’à la retraite afin de couvrir l’ensemble des besoins essentiels, après quoi un autre régime universel serait offert. Le parti a également proposé, en mars dernier, d'instaurer un revenu universel d'urgence pour aider les Québécois à traverser la crise.

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux