/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Suède : à Stockholm, le nombre de nouveaux cas de COVID-19 au plus bas depuis mars

Suède : à Stockholm, le nombre de nouveaux cas de COVID-19 au plus bas depuis mars
AFP

Coup d'oeil sur cet article

À l’heure où plusieurs pays européens connaissent une recrudescence des cas de COVID-19, à Stockholm, épicentre de l’épidémie en Suède, le nombre de nouveaux cas liés au virus a atteint fin août son plus bas niveau depuis mars, ont annoncé jeudi les autorités locales. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

Dans la capitale suédoise et sa région, 250 des 14 000 personnes testées la semaine dernière étaient positives au coronavirus, soit 1,8 %. C’est « le niveau le plus bas atteint depuis très longtemps », selon Per Follin, responsable du département de contrôle et de prévention des maladies transmissibles de Stockholm.

Si « nous ne pouvons pas vraiment comparer » dans le temps car les tests à grande échelle n’ont commencé qu’en juin, prévient M. Follin dans un courriel à l’AFP, en revanche, le niveau n’a jamais été aussi bas « depuis la semaine 10 ou 11 » - soit la première moitié du mois de mars.

Avant juin, Stockholm ne dépistait que les cas graves admis à l’hôpital.

Le nombre de patients en soins intensifs soignés pour la COVID-19 est également très bas : les hôpitaux de la région enregistraient au 31 août six patients placés dans ces unités de soins - contre 225 fin avril, selon les chiffres de l’autorité sanitaire locale.

« La raison pour laquelle nous avons une transmission relativement faible maintenant est en grande partie due au fait que beaucoup de Stockholmois suivent les recommandations de rester chez soi quand on est malade, de se laver les mains et de garder ses distances », a déclaré M. Follin dans un communiqué. 

Face à de nombreux pays d’Europe qui connaissent une recrudescence des nouveaux cas, comme la France, les Pays-Bas, l’Allemagne ou la Belgique, les données pour la Suède sont en baisse depuis juin. Le taux de reproduction (dit « R ») est quasi continuellement inférieur à 1 depuis début juillet.

Le nombre de décès quotidiens a atteint un pic en avril avant de progressivement diminuer.

Contrairement aux dispositifs imposés dans le reste de l’Europe, la Suède n’a pas confiné sa population. Les autorités ont appelé à la responsabilité : distanciation physique, application stricte des règles d’hygiène, isolement en cas de symptômes.

Le bilan est contestable : avec plus de 5800 morts et 84 729 cas, la Suède est parmi les pays les plus touchés relativement à sa population.

Les autorités nationales ne recommandent pas non plus pour l’heure l’utilisation du masque, mais disent « garder un œil sur » la question et pourraient introduire la mesure si cela était jugé nécessaire.

L’agence de santé publique a par ailleurs indiqué ne pas s’attendre à une grande résurgence du virus dans le royaume, où les écoles ont rouvert à la mi-août.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.