/sports/fighting
Navigation

Théâtre Capitole: une scène transformée en ring

Québecor veut présenter des galas au Capitole, une salle qu’elle a achetée en juin

chantier Capitole
Photo d’archives, Simon Clark La scène de la salle de spectacles du Théâtre Capitole fera place à l’occasion à un ring de boxe où pourront s’affronter les jeunes talents de la région de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir accueilli des centaines de vedettes du milieu des arts depuis son ouverture en 1903, le Théâtre Capitole pourrait bientôt recevoir des galas de boxe, a appris Le Journal.

Québecor compte se servir de la salle de spectacles fraîchement rénovée, dont elle s’est portée acquéreuse au mois de juin, pour y présenter des galas mettant aux prises de jeunes talents locaux, révèle le chef de l’exploitation du Groupe Sports et divertissement, Martin Tremblay. 

«Comme on le fait en musique, ça pourrait être intéressant de développer de nouveaux talents au Capitole puis de les amener au Centre Vidéotron», explique M. Tremblay, évoquant l’abondance de jeunes boxeurs dans la grande région de Québec. 

«Ça leur permettrait de trouver leurs fans, de se faire connaître et de gagner des bourses dans leur marché avant d’aller au Centre Vidéotron. C’est un des avantages quand on a acheté le Théâtre Capitole. Comme promoteur, ça fait partie de nos plans. C’est sûr qu’on va faire des galas de boxe au Capitole.» 

Intérêt marqué

En attendant le feu vert des autorités de santé publique pour la présentation de galas professionnels, le groupe Eye of the Tiger Management (EOTTM) manifeste un intérêt évident envers Québec, que ce soit au Capitole ou ailleurs, en vue de la reprise. Le promoteur Camille Estephan a tissé des liens d’affaires avec Québecor au cours des dernières années en présentant plusieurs cartes au Centre Vidéotron. 

«Québec est dans nos plans, et on regarde différentes options partout au Québec», a confié la porte-parole du promoteur, Virginie Assaly.  

La Direction de santé publique et EOTTM planchent sur la version finale du protocole sanitaire qui sera appliqué lors du premier gala depuis le début de la pandémie. La salle sera choisie selon les contraintes à respecter, notamment pour la distanciation physique et pour le nombre de spectateurs, fixé à 250.

«Ce n’est pas nécessairement une petite salle dont on a besoin. Tous les intervenants près du ring doivent être reculés, les vestiaires devront être désinfectés, alors on regarde tous les scénarios», a renchéri la relationniste.

Pour les jeunes boxeurs

Martin Tremblay croit néanmoins envisageable de présenter des galas de boxe au Capitole devant 250 personnes, et même au Centre Vidéotron si un réseau de télé américain est impliqué. 

«Il y a beaucoup d’amateurs de boxe au Québec, et des galas sur Indigo, il s’en loue pas mal.» 

Du reste, estime M. Tremblay, il est plus que temps de permettre aux jeunes athlètes de pratiquer leur sport. «Il y a de jeunes boxeurs qui sont en développement, qui se battent habituellement six fois par année et qui n’ont pas boxé depuis le mois de février.»