/world/opinion/columnists
Navigation

Le retour de la France

Coup d'oeil sur cet article

La France est-elle de retour dans les affaires internationales ? Elle n’avait jamais vraiment quitté la scène. Mais la France de François Hollande était plus discrète, tout comme celle de Nicolas Sarkozy, malgré des coups d’éclat comme l’envoi de troupes au Mali ou l’aventure malheureuse de la Libye. 

En Europe, Emmanuel Macron donne l’impression de chercher à prendre le relais de l’Allemagne. Il tance la Turquie, alors que personne n’ose le faire. Il a cimenté le nouveau consensus politique au Liban. Hier, il a relancé la lutte contre l’islamisme. Les Français se demandent s’il essaie de suivre les traces du général de Gaulle.

1. Pourquoi Macron est-il si actif à l’international ?

Au moins trois raisons peuvent justifier l’activité besogneuse de Macron à l’international. D’abord, les succès internationaux procurent un certain prestige. Les adversaires de Macron l’accusent de commencer déjà à penser à sa réélection. Mais les succès éventuels de Macron rejailliront sur tous les Français, qui ont bien besoin de rehausser leur estime d’eux-mêmes. Ensuite, le vide créé par le départ annoncé d’Angela Merkel ouvre la voie au président français. Enfin, le leadership erratique de Donald Trump, pour ne pas dire son ignorance et son amour des dictateurs, a créé un vacuum.

2. Les visites de Macron au Liban ont-elles été fructueuses ?

Jusqu’à présent, la nouvelle politique de Macron au Liban est un succès. Aucun dirigeant libanais important ne conteste ses visites. Macron a ramené un certain espoir au Liban. Il a aussi eu le mérite d’expliquer la gravité de la situation sans détour : le Liban est en danger de mort. À une autre époque, ce sont les diplomates américains qui auraient débarqué au Liban. Si d’ici un an, après les nouvelles élections libanaises, le pays sort du bourbier, alors le prestige de Macron s’en trouvera renforcé. Sinon, son étoile pâlira.

3. Pourquoi Macron attaque-t-il la Turquie ?

La Turquie fait chanter l’Europe depuis plusieurs années. Elle menace de laisser passer les immigrants si l’Europe ne lui paie pas dédommagement. La Turquie a récemment dépassé les bornes du bon voisinage. Elle s’est rapprochée à outrance de la Russie. Elle a appuyé la faction islamiste qui combat en Libye. Elle revendique par la menace militaire de nouveaux gisements gaziers et pétroliers qui dorment sous les eaux de la Méditerranée et qui sont revendiqués par plusieurs pays. Recep Tayyip Erdogan aurait même ordonné à des militaires turcs de tirer sur des navires grecs, ce que les militaires turcs auraient refusé de faire. Macron dit chercher une solution diplomatique aux problèmes avec la Turquie, mais il semble prêt à considérer d’autres options.

4. Que cherche Macron en Irak ?

Officiellement, Macron veut aider l’Irak à se relever, d’autant plus que les Américains s’en désengagent militairement. Mais l’Irak est aussi un ennemi de la Turquie, qui occupe le nord de son territoire. Macron a profité de son voyage en Irak pour rencontrer des dirigeants kurdes. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis, dit le dicton.

5. Qu’en est-il de l’islamisme ?

Moins visible en raison de la chute de l’État islamique et de la pandémie de COVID-19, l’islamisme demeure toujours présent. Macron a décidé de mobiliser la France et les autres pays contre lui. Macron a promis hier des annonces-chocs dans le domaine. Encore ici, Macron occupe la place de leader des démocraties qui a été abandonnée par les États-Unis.